Contre-Regards

par Michel SANTO

Alévêque et l’enfer du “rire”.

 

 

Alévêque, que je ne connais pas,  est, paraît-il, un humoriste. De ceux qu’apprécie notre époque et nos médias: méchant, grossier, vulgaire. Avec tous ses confrères et ses bigots, il appartient à ce nouveau clergé de la bien-pensance petite bourgeoise qui défile à Beaubourg et se gave au cynisme. Le crachat compassionnel enrobé d’anti-libéralisme pailleté est leur mode d’être et la culture «  sous vide » leur rosette. On les reconnaît aussi à leur chic négligé qui suinte le « fric ». Gardiens du langage contemporain, ce sont nos nouveaux bergers de l’être : « Ce mec est une pute ! Écris le ! Je te jure, ce qu’il fait, c’est toujours en fonction de son nombril. C’est écœurant. » Ils ne parlent pas aux oiseaux. Ils les tuent et les mangent. Tout cru !

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire