Contre-Regards

par Michel SANTO

Au Grand Narbonne, Gérard Schivardi et Nouveau Narbonne font leur cirque !

         

   
 

Pantalonnades narbonnaises, suite ! Avec cette fois-ci l’inénarable maire de Mailhac en première partie d’une farce politique mise en scène par ses soins lors de la dernière réunion du Grand Narbonne. Fidèle à la notoriété qu’il doit à Nicolas Canteloup qui fit se tordre de rire la France entière de ce candidat à la présidentielle en 2007, Gérard Schivardi a donc fait, comme d’habitude, le pitre. On peut se demander d’ailleurs s’il n’est pas devenu prisonnier de son image ! L’avoir vu s’élancer vers le président de scéance, mercredi dernier, à la manière carnavalesque de son béarnais de copain, Jean Lassalle, son caba empli de plus de 2000 feuillets (70 dossiers en réalité, plus leurs annexes) pour le poser sur le bureau de Jacques Bascou, comme preuve « d’un déni de démocratie », était poilant. Un numéro dont je m’étonne qu’il n’est pas provoqué une ovation debout. Car porter à ce point d’incandescence ce que peut avoir de dérisoire, cocasse, ridicule le théâtre politique provincial, notamment, n’est pas en effet donné au premier élu ou maire venu. Encore que, ce jour là, ceux (les élus!) de Nouveau Narbonne, montés sur scène eux aussi en vedettes américaines de monsieur Schivardi se soient montrés au niveau, si je puis dire !, de leur tête d’affiche du moment. Bref ! plutôt que de « travailler » au bien commun, tout en faisant valoir remarques et critiques, évidemment, la troupe de Didier Mouly a elle aussi quitté la salle des ébats ( pardon des débats !) dans le sillage et la direction de monsieur Schivardi (ou de sa marionnette !). Signant ainsi, faute de quorum, l’ajournement de cette scéance du conseil communautaire de l’Agglo. Comment dire ! Affligeant, navrant, pénible, sot … Le plus surprenant dans cette séquence surréaliste fut l’attitude de Marie-Noëlle Garbay, élue Nouveau Narbonne, candidate malheureuse à l’investiture du mouvement de monsieur Macron, virée de ce fait de sa délégation par Didier Mouly, et qui est intervenue pour demander au Président du Grand Narbonne « de mettre en conformité ses prétendues valeurs avec sa manière de faire de la politique. » Et ce au motif que « La ville centre, Narbonne, alimente pour près de 50% le budget du Grand Narbonne, et ne dispose d’aucune place dans l’exécutif. » Affirmation fausse du reste, puisque l’actuel président de l’Agglo a été élu conseiller communautaire sur le quota de conseillers de… la Ville de Narbonne. Faut-il lui rappeler aussi que , par exemple, le maire « LR » de Leucate, monsieur Py, n’a pas, lui non plus, «de place dans l’exécutif », parce que dans l’opposition politique, mais qu’il participe, de fait, à une très large majorité de gestion – contrairement à son collègue « LR » César, conseiller communautaire Nouveau Narbonne. Alors ! que signifie donc cette déclaration de madame Garbay, d’habitude si discrète , aux antipodes de la philosophie de son candidat à la présidence de la République : Emmanuel Macron et son député de LREM nouvellement élu sur la circo Alain Perea, comme à celle d’autres conseillers communautaires comme messieurs Héras, Devic, Rocher, notamment, macronistes (ou macroniens ?), comme elle ? Ressentiment de n’avoir pas été investi, retour à la vieille maison « NN » et à ses pratiques… mais pour quelles contreparties ? Décidément , tout se passe encore dans cette petite contrée de France comme si les électeurs n’avaient pas sévèrement condamné ces moeurs et ces pratiques de « vieux partis » : postures politiciennes et idéologiques au détriment du débat d’idées ; défenses de positions de pouvoir au préjudice de l’intérêt général… Et pendant combien de temps encore va-t-on prendre ainsi en otage l’intelligence et la patience des citoyens que nous sommes ? Et nous infliger ce genre d’attristant et pathétique spectacle…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • vialle

    |

    Notre maire me rappelle par certains cotés, Iznogoud, créé par René Goscinny et Jean Tabary. Un personnage voulant devenir Calife à la place du calife. Mauvais caractère et hargneux. Mais malgré tout il n’arrivera pas à faire oublier son père, et ses qualités, malgré ses défauts.

    Reply

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    « Et pendant combien de temps encore va-t-on prendre ainsi en otage l’intelligence et la patience des citoyens que nous sommes ? »
    MAIS ENFIN MICHEL , PAR QUI ONT ILS ÉTÉ ELUS ??????????????????
    Certes ils passent leur temps à se chamailler pour ne rien dire et sont payés pour ne rien faire en dehors de jouer avec notre argent . C’est qui les petits malins ???

    Reply

    • Santo Michel

      Santo Michel

      |

      Ces comportements sont d’autant plus indignes qu’ils donnent une image très négative de tous les élus, Alphonse ! Contribuer ainsi à la dégradation de leur rôle et fonctions, dans un climat de défiance générale à leur égard, est irresponsable et montre à quel point certains sont incapables de se remettre en question… le dégagisme n’est pas près de s’arrêter à ces dernières élections. Du moins je le souhaite !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :