Contre-Regards

par Michel SANTO

Au MIAM de Sète, l’Art sans libertés.

     

     

A l’heure où une polémique, aussi voulue que mince, fait écho à l’aimable création de Felice Varini sur les murs de Carcassonne, je vous invite à la découverte d’une proposition culturelle d’un tout autre ordre, je veux parler “d’EVASIONS l’art sans libertés”, qui se tient au MIAM de Sète jusqu’au 23 septembre 2018.

D’abord un mot sur ce musée hors norme, le Musée International des Arts Modestes, dirigé non pas par un conservateur mais un artiste, Hervé Di Rosa, et qui s’intéresse à des formes culturelles en marge, non formatées par l’art contemporain. Par exemple les Ex Voto Mexicains (exposition en 2000), les figurines en sucre (2005) ou encore les pavois de joute (2007)…

Aujourd’hui c’est un vaste territoire que nous invite à parcourir le MIAM, celui des arts sans liberté. L’exposition s’ouvre sur Dessins Sans Papiers, collectif qui organise des ateliers de dessin dans les camps d’exilés et les centres d’hébergement depuis 2016. Les réfugiés viennent du Tchad, du Soudan, d’Ethiopie, d’Iran, de Syrie, d’Afghanistan… Leurs dessins décrivent de façon très simple leur histoire : guerres, tortures, dispersion, traversées. Hafiz Adem présente sur tout un mur son parcours qui l’a amené du Soudan jusqu’à Paris via la Libye. Des dessins doux, naïfs, pour un récit hanté par la fuite, la perte, le danger mais aussi le salut.

La seconde section Dehors Imaginaires présente des œuvres issues de l’incarcération. Travaux de prisonniers (les mouchoirs dessinés des prisonniers hispaniques aux Etats-Unis, les broderies en fil de chaussettes de Ray Materson…), mais aussi d’individus volontairement reclus (les 1300 dessins de Charles Boussion ou encore ceux, fascinants, d’Edmund Monsiel, traumatisé par la guerre et qui va rester 20 ans dans un grenier). On est immanquablement impressionné par la puissance de ces regards, de ces destins singuliers.

L’exposition est déjà riche, elle se clôt en apothéose avec Festins imaginaires, fruit d’une patiente « quête de documents inouïs, des carnets de recettes de cuisine rédigés au cœur du monde concentrationnaire ». Ecrits sur des papiers de fortune dans les camps de concentration nazis, les camps de travail soviétiques ou chinois par des individus que l’on voulait déshumaniser, ces textes minuscules, extraordinairement serrés et soignés, ont été un « moyen vital de résister à la destruction ».

Au cœur de la machine à détruire certains meurent, d’autre plient, d’autres résistent. Certains écrivent des manuels de cuisine. Mystère. Le fait est là, ces recueils sont dans leur créativité modeste et inattendue, une des formes de la survie. Comme toutes les œuvres présentées dans cette remarquable exposition.

 

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraite » s’est faite sans[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio