Au sortir du sommeil tu cherches encore dans ton propre labyrinthe.

 
 
 
 
 
 
 
 
Au sortir du sommeil tu cherches encore dans ton propre labyrinthe.
 
Puis vient le jour
 
Un coin de ciel bleu au travers de la vitre
Une odeur de café
La chaleur d’une tasse sur le bord de tes lèvres
 
Et des pensées qui errent sur les rides du temps…
 
 
 
 
 
 
 

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :