Contre-Regards

par Michel SANTO

Auguste Comte et sa vision  » scientifique  » de la femme !

Auguste Comte et sa vision " scientifique " de la femme !

C'est la journée de la femme! Mon ami Alexandre Moatti a eu l'excellente idée de ce billet sur Auguste Comte en nous donnant à lire quelques unes des considérations du "père de la sociologie " sur nos " soeurs ". Ce Montpelliérien, comme son maître et complice Saint Simon, était persuadé que l’organisation politique de la société n’était pas encore « scientifique ». Le pouvoir y est détenu par des juristes et des militaires, alors qu’il devrait être aux mains des savants. Voilà sans doute pourquoi Comte a toujours fasciné les Polytechniciens et les ingénieurs – et au plan plan politique les hommes de "progrès", souvent persuadés que l’on peut concevoir les plans d’une société parfaite. Alexandre Moatti montre ici que se reférencer à la science et au progrès, même pour des esprits puissants comme celui de Comte, n'exclut pas d'affirmer ce qui s'avère aujourd'hui scientifiquement nul et idéologiquement réactionnaire :

" Normand écrit à juste titre à propos des philosophes et de la femme : « on trouve dans tout cela le meilleur et le pire, bien entendu, et il est (parfois) important de contextualiser ces écrits pour ne pas être injuste à l’endroit de ces auteurs ». Bien évidemment. Appliquons cette maxime de précaution à Comte, dont l’œuvre est tellement protéiforme qu’on y trouve, là aussi, le meilleur comme le pire. Mais relevons un certain nombre de ses propos (Cours de philosophie positive, tome IV, 50e leçon, 1839, Gallica, extraits choisis p. 568-572):

Comte1[la nouvelle philosophie politique est sous la plume de Comte sa philosophie positiviste – le terme anarchie, tel qu’employé ici et en général par Comte, signifie un désordre dans la connaissance]

 

Comte2[la phrénologie de Gall, 1757-1828, est l’étude, aujourd’hui totalement abandonnée, des caractères humains par la forme du crâne] [ici Comte conforte son jugement de manière qu’il estime scientifique, en appui sur la science expérimentale, très valorisée dans sa philosophie] [vu de nos jours : une pseudo-science vient à l’appui d’un préjugé]

Comte3[la biologie positive, c’est la biologie suivant l’état positiviste défini par Comte, qu’il appelle de ses vœux en remplacement de « l’état métaphysique »] [le mythe de la femme-enfant est très présent à l’époque, analogue à celui de la femme inachevée, déjà mentionné dans ce blog au sujet de la télégonie]

Comte4[ce passage suit immédiatement le précédent : dans l’ordre comtien des connaissances, la sociologie – dont il est un des précurseurs – vient parachever l’œuvre de la science biologique]

Comte5[dans les sciences abstraites, mais aussi dans les arts, apparaît « l’irrécusable subalternité organique du génie féminin »]

On l’aura compris, le titre de ce billet est un clin d’œil, puisqu’aujourd’hui on n’emploie quasiment plus jamais positive au sens de positiviste. Mais il est toujours utile de relire ainsi les penseurs du passé à la lumière d’aujourd’hui : comme l’écrit Bachelard, « l’ancien doit être pensé en fonction du nouveau [2] ». Ceci nous permet à la fois de mieux comprendre la pensée globale de Comte (ou de tout autre penseur d’importance) et de mieux analyser rétrospectivement l’influence qu’il a pu avoir, et qu’il a encore.


  • [1] L’historien des sciences Ernest Coumet (1933-2003), dans un article de 2003 (revue Mathématiques et Sciences humaines), souligne que les attaques de Comte contre la théorie des probabilités naissante sont à chaque fois brèves mais précises, et constantes à travers son œuvre (voir mon ouvrage Alterscience, p. 201 ; le chapitre XIII traite des positions de Comte contre la « science officielle » et les nouvelles théories scientifiques de son temps, et le chapitre XIV d'une certaine influence néfaste du positivisme sur le développement de la science en France)
  • [2] Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique, Vrin, 1938.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Cette année, Michel Py m'a gentiment adressé (comme il le fait régulièrement à chaque rentrée littéraire) le dernier roman de Philippe Jaenada, "La Serpe"  (éditions Julliard), présenté en avant-prem[Lire la suite]
Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]