Contre-Regards

par Michel SANTO

Aurès 1935, à la découverte du temps perdu.

   

Thérèse Rivière.

   

Le pavillon populaire de Montpellier consacre une très belle expo aux photographies de Germaine Tillion et Thérèse Rivière : Aurès 1935. Cette exposition prend place dans une thématique consacrée à la photographie documentaire et est à plus d’un titre un bel évènement culturel.

D’abord car elle est consacrée l’Algérie, ce pays grand comme quatre fois la France, à la foisonnante géographie mais dont l’iconographie est si peu visible.

Ensuite car les photographes sont deux jeunes femmes. Envoyées en 1935 dans les Aurès pour une mission photo par le Musée d’Ethnographie du Trocadéro (qui deviendra le Musée de l’Homme), leurs destins seront par la suite diamétralement opposés. Internement psychiatrique de Thérèse Rivière pendant vingt-deux ans  ; vie séculaire et engagée de Germaine Tillion, résistante, déportée, morte centenaire en 2008 et dont la dépouille est transférée au Panthéon en 2015.

Enfin, consacrer la programmation d’un lieu culturel à la photographie documentaire est tout simplement une merveilleuse idée, car la photographie est devenue indispensable pour l’écriture et la compréhension de l’histoire moderne. C’est elle qui rend compte de certaines réalités sensibles que l’écrit ne peut restituer, qu’elles soient de l’ordre du visible : corps, visages, regards, vêtements, … ou de l’invisible : liens entre les hommes, liens à leur environnement, tangibles dans les photos de groupe.

Ces préambules faits, on retiendra l’essentiel, à savoir que ces photos sont un magnifique témoignage sur les populations berbères de l’Aurès, les Chaouia. Sociétés agropastorales traditionnelles pauvres à la forte cohésion mais fragilisées par les changements induits par la colonisation (l’Algérie est alors territoire Français). Des photos prises juste avant que tout ne change, et que ne s’installe la « clochardisation » (le mot est de Germaine Tillion) des populations.

Ces photos à la fois spontanées et travaillées, racontent autant l’histoire des populations que celle du regard porté sur elles. Celui des deux jeunes femmes est empreint d’une évidente empathie humaine, mais aussi des codes de l’ethnologie et de l’esthétique de leur temps : les photos sont intenses, concises, à la fois dans les informations qu’elles capturent, et dans l’esthétique des cadrages et des poses.

En fin d’exposition, une bien trop courte section est consacrée au superbe travail photo (en couleur) de Claude Cornu, instituteur dans les Aurès de 1958 à 1960.

 

Claude Cornu.

Aurès 1935, une exposition qui sort des sentiers battus se tient au Pavillon Populaire de Montpellier jusqu’au 15 avril, et en plus c’est gratuit.

 

Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Tous les billets écrits par Jakin Guran-Izan sont disponibles en cliquant sur Jakin Guran-Izan, en rouge, en haut et à gauche.

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    VIALLE Jean-Pierre

    |

    Merci pour cette suggestion de ballade et de découverte

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales et Agglo2020 : L'accès à la ressource en eau et son usage, quelle stratégie ?

Narbonne ! Municipales et Agglo2020 : L'accès à la ressource en eau et son usage, quelle stratégie ?

  La préfecture de l’Aude a intensifié ses mesures de restrictions dans la lutte contre la sécheresse. (©Pixabay)  Discussion, hier, sur un trottoir, avec un candidat aux prochaines électio[Lire la suite]
Carnet : quatre notes  en passant…

Carnet : quatre notes en passant…

  Carnet : 2 Septembre. Le monde est une étrange et cruelle chose : le danger et la mort y sont partout. Nous l’habitons fort heureusement en aveugle, le parons quotidiennement d’illusions.[Lire la suite]
Arrêtés municipaux anti-pesticides et manipulation juridico-politique…

Arrêtés municipaux anti-pesticides et manipulation juridico-politique…

    Par une ordonnance du 27 août 2019, le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a suspendu l’exécution de l'arrêté du maire de Langoët, arrêté municipal réglementant [Lire la suite]
Municipales2020 à Narbonne : "Un rassemblement des forces de gauche", vraiment ?

Municipales2020 à Narbonne : "Un rassemblement des forces de gauche", vraiment ?

    Voilà c'est fait ! La plate-forme entre le PS et le PCF, surtout, et les Verts de EELV, Nouvelle Donne, J'aime Narbonne et le MCN (Mouvement Citoyen Narbonnais), dont j'évoquais [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Où en est-on de l'union de toutes les gauches ?

Narbonne ! Municipales2020 : Où en est-on de l'union de toutes les gauches ?

    Où en est-on de l'union de toutes les gauches dans ma petite cité ? La question n'est pas théorique : le PS et son chef de file, pour les municipales, Nicolas Sainte Cluque, comme le [Lire la suite]
Ma rentrée des classes !

Ma rentrée des classes !

  Rentrée des classes aussi pour moi ! 16h30 devant l’école Léon Blum à attendre Mila, 7ans. Sourires discrets et complices échangés avec des parents — et grands parents, nombreux ! La plupart [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :