Contre-Regards

par Michel SANTO

Aurès 1935, à la découverte du temps perdu.

   

Thérèse Rivière.

   

Le pavillon populaire de Montpellier consacre une très belle expo aux photographies de Germaine Tillion et Thérèse Rivière : Aurès 1935. Cette exposition prend place dans une thématique consacrée à la photographie documentaire et est à plus d’un titre un bel évènement culturel.

D’abord car elle est consacrée l’Algérie, ce pays grand comme quatre fois la France, à la foisonnante géographie mais dont l’iconographie est si peu visible.

Ensuite car les photographes sont deux jeunes femmes. Envoyées en 1935 dans les Aurès pour une mission photo par le Musée d’Ethnographie du Trocadéro (qui deviendra le Musée de l’Homme), leurs destins seront par la suite diamétralement opposés. Internement psychiatrique de Thérèse Rivière pendant vingt-deux ans  ; vie séculaire et engagée de Germaine Tillion, résistante, déportée, morte centenaire en 2008 et dont la dépouille est transférée au Panthéon en 2015.

Enfin, consacrer la programmation d’un lieu culturel à la photographie documentaire est tout simplement une merveilleuse idée, car la photographie est devenue indispensable pour l’écriture et la compréhension de l’histoire moderne. C’est elle qui rend compte de certaines réalités sensibles que l’écrit ne peut restituer, qu’elles soient de l’ordre du visible : corps, visages, regards, vêtements, … ou de l’invisible : liens entre les hommes, liens à leur environnement, tangibles dans les photos de groupe.

Ces préambules faits, on retiendra l’essentiel, à savoir que ces photos sont un magnifique témoignage sur les populations berbères de l’Aurès, les Chaouia. Sociétés agropastorales traditionnelles pauvres à la forte cohésion mais fragilisées par les changements induits par la colonisation (l’Algérie est alors territoire Français). Des photos prises juste avant que tout ne change, et que ne s’installe la « clochardisation » (le mot est de Germaine Tillion) des populations.

Ces photos à la fois spontanées et travaillées, racontent autant l’histoire des populations que celle du regard porté sur elles. Celui des deux jeunes femmes est empreint d’une évidente empathie humaine, mais aussi des codes de l’ethnologie et de l’esthétique de leur temps : les photos sont intenses, concises, à la fois dans les informations qu’elles capturent, et dans l’esthétique des cadrages et des poses.

En fin d’exposition, une bien trop courte section est consacrée au superbe travail photo (en couleur) de Claude Cornu, instituteur dans les Aurès de 1958 à 1960.

 

Claude Cornu.

Aurès 1935, une exposition qui sort des sentiers battus se tient au Pavillon Populaire de Montpellier jusqu’au 15 avril, et en plus c’est gratuit.

 

Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Tous les billets écrits par Jakin Guran-Izan sont disponibles en cliquant sur Jakin Guran-Izan, en rouge, en haut et à gauche.

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    VIALLE Jean-Pierre

    |

    Merci pour cette suggestion de ballade et de découverte

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

  Des députés sont nommément désignés, dénoncés, et leurs permanences parlementaires défoncées, murées. Leur crime : avoir « mal voté ». Cet été, le CETA ; demain, la loi sur la Sécurité Sociale [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :