Contre-Regards

par Michel SANTO

Briser un destin!

anti_bug_fck

La vague bleue sur laquelle surfe Michel Py va-t-elle emporter notre député rose Jacques Bascou ? La question se pose bien, en effet. Et elle agite beaucoup notre petit landerneau médiatico-politique narbonnais. Sarkozy devant Royal sur le littoral, et Ségolène juste, juste devant Nicolas sur la circonscription, la situation est délicate pour le sortant. L’effet présidentiel et l’effet abstention jouant en faveur de Py, le léger avantage de Bascou risque de fondre comme le gras sur le gril. Et ce n’est pas avec des conférences de presse pimentées par la présence du brillant président du Conseil général (Monsieur « C’est la faute à l’Etat ») et du non moins sémillant sénateur à vie Courteau (Monsieur « C’est toujours la faute à l’Etat ») que les choses peuvent s’arranger. Je crains au contraire le pire…On nous dit même qu’avec un député socialiste le budget de fonctionnement de la maison de retraite de Bizanet serait garanti. Sans rire ! On en pleure encore dans les bistrots des Halles de Narbonne. Où on se dit finalement que l’appel au changement de logiciel ne peut pas être entendu en Narbonnais. Dans ces conditions, il ne faudra pas s’étonner que les électeurs décident de changer de machine…, de briser un destin, comme le dit pathétiquement un commentateur local. Pour en forger un autre…  

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Il est trop tôt

    |

    Cher Monsieur,Partout en France, les Conseils Régionaux (certes plutôt à Gauche) mais aussi l’ensemble des Conseils Régionaux (y compris ceux de droite) soulignent combien la décentralisation Acte II a été faite à la hussarde, et pas forcément avec les compensations financières adaptées. Aussi puisque votre blog se veut initiateur de débat politique, je tiens à souligner d’une part qu’il me semble exagèrer de caricaturer notre Président du Conseil Général en le traitant de M. C’est la faute de l’Etat, alors que comme je le signale plus haut, il s’agit d’un discours national. D’autre part, puisque vous soulignez le comportement des élus de gauche, que pensez-vous du Maire prétendu « apartisan » de Narbonne qui ne cesse de « pleurnicher »: c’est la faute de la Région, c’est la faute du Département? Parce qu’en qualité de citoyen Narbonnais, il s’agit d’un discours que j’entends à chaque fois dans les propos de M. Le Maire. Alors en qualité de « M. C’est la Faute de », je crois qu’il est champion toutes catégories!

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Cher Monsieur,Au long d’une longue carrière dans la fonction publique de l’Etat et des Collectivités Locales, il m’a été donné, notamment, d’assumer les fonctions de DGA de la Région Languedoc-Roussillon de 1985 jusqu’en 1994. J’ai donc vécu le passage de témoin de l’Etat aux collectivités locales et connais bien la réalité politique et institutionnelle de cette région pour savoir comment présenter des budgets départementaux ou régionaux en  » déficit  » apparent de ressouces de l’Etat et ce afin de justifier des augmentations fiscales considérées comme les seules variables d’ajustement….Je maintiens donc mon appréciation sur le comportement politique ( et non personnel, humain… ) du Président et de nombre d’élus, majoritairement de gauche de ce département. Et je persiste à considérer, comme DSK, M. Valls voire Philippe Herzog ( l’ancien économiste du P.C) qu’à continuer ainsi, avec ce genre de logiciel, notre démocratie se prive, au plan national,d’une véritable opposition: moderne, efficace… Et, dans l’Aude, force est de constater qu’on en a la caricature… Quant au maire de Narbonne, et en tant que Président de l’agglomération, il adresse des demandes de subventions à la Région sur des actions d’investissement relevant de la compétence des Régions… et Frèche lui répond… Je note, entre ( ), que les maires socialistes de ladite agglomération font le même constat, mais s’ils votent tous le budget de l’agglo , se taisent sur l’attitude de la Région.Dans ces conditions, comment s’étonner de la victoire de Sarko sur Narbonne et le littoral audois? Et la probabilité que le député sortant perde encore des plumes n’a jamais été aussi élevée. Peut-être, après tout, que c’est le prix à payer pour créer les conditions d’un renouveau, à gauche…

    Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :