Carole Delga promeut, dans l’Aude, à Carcassonne, un Purple Campus (???)

           

Dans son édition du  12 janvier 202, L’Indépendant nous informe que Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, « est venue prendre le pouls du centre de formation d’apprentis de Carcassonne, devenu avec celui de Narbonne, un « Purple Campus ». Purple Campus ?! Mais qu’est-ce donc que ce groupe nominal imprononçable en français par un Audois « moyen » – j’en suis ! – ; et encore moins en occitan, me disais-je.

Passe encore pour campus, qui nous vient du latin, par l’intermédiaire de l’anglo-américain. Mais Purple !  Violet, violet rougeâtre, en « gaulois ». Violet Campus ou Violet Campus donc, en bon français – ce qui serait ridicule ainsi affiché… D’où Purple ! L’incompréhensible voilant le ridicule, en quelque sorte.

Et quelle est la différence entre un CFA et un Purple Campus, demande le journaliste de service à madame Delga – qui, évidemment, lui aussi, n’a rien compris à ce pseudo-concept de communicant américanisé –  « Ce qui est nouveau, c’est une vraie complémentarité entre les 17 CFA (des CCI seulement oublie-t-elle de préciser) dans la Région », lui répond-elle.  Ah bon !  il existe pourtant, depuis longtemps déjà, un schéma régional des formations fait pour cela, pensais-je. Mais encore ? S’agit-il d’une nouvelle structure régionale et consulaire qui assurera des fonctions administratives pour l’ensemble des Cfa ? et lesquelles ? et pour quels bénéfices ?

Alors ! Alors quoi ce Purple, ce Violet, ce campus ? Parce que cette couleur serait celle des Palmes Académiques ; qu’elle serait associée à la sagesse et à la connaissance, nous dirait monsieur Pastoureau… Serait-ce seulement cela : un vernis sémantique anglo-américain réservé aux seuls initiés de la « chose » ?…

Nous subissons tous les jours, et à tous les niveaux de nos administrations publiques, le tout-venant d’un jargon administratif truffé de néologismes prétentieux et intellectuellement nuls ; désormais, il va falloir aussi compter avec ce genre de floraison ésotérique. Ne peut-on pas (plus !) penser et agir dans un langage commun accessible à tous ? Et quand comprendra-t-on enfin que la démocratie suppose une communication débarrasssée de ces obscurs « ridicules ».

 

       

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :