Contre-Regards

par Michel SANTO

Ce 10 novembre, fut pour nous, en cette année 2019, celui de la honte et du déshonneur…

           

     

L’alliance de l’extrême gauche, d’une partie de la gauche anciennement laïque et désormais bigote, et des islamistes est donc apparue hier sur la place publique. Comme elle le montra aussi en son temps à Neauphle-le-Château autour de l’ayatollah Khomeiny. Et le montre encore aux côtés du Hamas, notamment. Une continuité historique en accord avec ses options politiques : “les ennemis de la démocratie et des libertés sont mes amis.” Avec toujours la même méthode pour les combattre : retourner les principes et les valeurs de la République contre elle même. Ainsi hier, extrême gauche et islamistes défilaient contre les “lois liberticides”qui interdisent de se masquer le visage dans l’espace public ou de porter un signe religieux à l’école, en brandissant l’étendard laïque tout en criant “Allouha Akbar”.  Ces mêmes jours, précisément un 9 de ce mois de novembre, en 1989, un mur tombait et libérait des peuples entiers enfermés dans des régimes totalitaires et un 11 novembre, en 1940, une manifestation de lycéens et d’étudiants, durement réprimée, avait lieu à Paris, sur les Champs-Élysées et devant l’arc de triomphe de l’Étoile en commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918. Quant à nous, nous retiendrons qu’en 2019 ce 10 novembre fut celui de la honte et du déshonneur…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Dumas Michel

    |

    Voilà!
    Le sac à penser à gauche est vide.
    Tout a été jeté aux orties.
    Dévoyé par ceux qui ont cru sincèrement le mettre en oeuvre, alors qu’ils servaient une autre cause suicidaire, bien cachée.
    Et nous en arrivons au moment où plus personne ne sait quelle cause servir.
    Certains leaders se mettant au service de mots d’ordres four-tout, finissant d’assassiner le peu d’espoir que certains continuer à porter.
    Et pourtant , la seule cause à servir , en France, aujourd’hui, c’est sortir du XIXème siècle Napoléonien qui enserre dans ses griffes l’organisation pyramidale d’une Administration obèse, militairement structurée, encadrée par des lois, des règlements, des codes d’un autre age.
    Passer de cette verticalité à une horizontalité du XXIème siècle nécessite une volonté politique que je pensais être celle de Macron.
    Deux ans ont suffit pour me sortir de ce mirage.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :