Contre-Regards

par Michel SANTO

« C’est un déséquilibré », « Je me suis régalé », et autres mots et phrases que je ne supporte plus…

 

Librairie_LesMotsEtLesChoses-titre

     

C’est un mot, ou une phrase, lu et entendu dans les médias, avant et après le massacre de Barcelone, qui me sort par les trous du nez : « déséquilibré ». Un terroriste islamiste ne serait ni l’un (terroriste) ni l’autre (islamiste), mais souffrirait d’un déséquilibre mental (de troubles psychiatriques !) Pas responsable donc ! Malade il devrait être soigné. Comme si la paranoïa, la frustration sexuelle, le ressentiment… culturel ou social, et le tout ensemble était incompatible avec le « statut de tueur » idéologique (comme en d’autres temps), doté de facultés de jugement et de discernement. Et puis enfin, qui pourra jamais m’expliquer le lien de causalité entre un « trouble psychiatrique » ou un « déséquilibre mental » constaté chez un individu, sa « radicalisation » et sa participation à l’organisation rationnelle d’un meutre, seul ou en groupe, ou d’une tuerie  de masse… Révélatrice et symptomatique d’un déséquilibre moral d’une partie de nos élites médiatiques et politiques, par contre, me semble cette façon insidieuse de tout psychiatriser des actes et des motivations d’auteurs d’attentats terroristes, notamment. Ou de le faire sur un mode scandaleusement ironique comme à l’extrême droite, surtout… Comme un « malaise dans notre civilisation… »

Autre mot,  ou phrase, mais autre contexte, plus paisible, que je ne supporte plus. Ainsi, pas plus tard qu’hier, à cette heure matinale où l’air est encore frais, assis à la terrasse d’un café, et à l’ombre, (mon sport préféré, surtout l’été. Mon corps n’a plus l’âge de ces morts en sursis qui joggent sous un soleil de feu à une heure où habituellement je prends  mon « noir » ou lis  paresseusement quelques pages dans  ma chambre – au frais !) j’entendais  un petit groupe mixte de cinq ou six personnes commenter le passage de la Vuelta dans ma ville. « Ils s’étaient régalés » !  À vue d’oreille, j’ai dû ouïr, malgré moi, cette bétasse expression une vingtaine de fois… Un peu plus tard, au pied de ma porte, c’est une voisine de quartier qui me racontait son séjour sur la Costa Brava. De l’hôtel, de la plage, du restaurant, de sa chambre, des poissons… « elle s’était régalée ». Je passe sur les détails ! Mais j’attrapais le pompom en fin d’après midi à l’occasion d’une conversation de groupe, disons familial. Là, c’étaient de melons dont « on se régale » à tous les repas qu’il était question, et de sardines grillées, tout autant « régalées », le dimanche. Suivirent les « petits enfants », la patrouille de France, les desserts de tante Yvonne, le rosé de José… Tout était objet et prétexte à se régaler. Un véritable supplice ; et une définitive allergie à cette insupportable « scie » mise ainsi à toutes les sauces.

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • VIALLE Jean-Pierre

    |

    Je me régale, à la lecture de certains de vos articles(Sourires…)

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      (#128519#)… je l’attendais (ce commentaire), et il est vite venu… (#128516#)

      Reply

  • VIALLE Jean-Pierre

    |

    C’était facile et tellement tentant de vous agacer un peu plus. Bonne journée

    Reply

  • Didier

    |

    Desproges prétendait que Marguerite Yourcenar avait honoré le livre d’or d’un restaurant d’un  » Je m’ai régalé  » (#128517#)

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

                  Pendant que les médias et la classe politique en "font des tonnes" sur la pseudo affaire d'État Benalla, paraît [Lire la suite]
Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politique, administrations et médias…

Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politi

  Thierry Pfister, cet ancien journaliste du journal le Monde, qui écrivit aussi, après son passage au cabinet de Pierre Mauroy, alors premier "Premier ministre" du Président Françoi[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :