Contre-Regards

par Michel SANTO

“C’est un déséquilibré”, “Je me suis régalé”, et autres mots et phrases que je ne supporte plus…

 

Librairie_LesMotsEtLesChoses-titre

     

C’est un mot, ou une phrase, lu et entendu dans les médias, avant et après le massacre de Barcelone, qui me sort par les trous du nez : “déséquilibré”. Un terroriste islamiste ne serait ni l’un (terroriste) ni l’autre (islamiste), mais souffrirait d’un déséquilibre mental (de troubles psychiatriques !) Pas responsable donc ! Malade il devrait être soigné. Comme si la paranoïa, la frustration sexuelle, le ressentiment… culturel ou social, et le tout ensemble était incompatible avec le “statut de tueur” idéologique (comme en d’autres temps), doté de facultés de jugement et de discernement. Et puis enfin, qui pourra jamais m’expliquer le lien de causalité entre un “trouble psychiatrique” ou un “déséquilibre mental” constaté chez un individu, sa “radicalisation” et sa participation à l’organisation rationnelle d’un meutre, seul ou en groupe, ou d’une tuerie  de masse… Révélatrice et symptomatique d’un déséquilibre moral d’une partie de nos élites médiatiques et politiques, par contre, me semble cette façon insidieuse de tout psychiatriser des actes et des motivations d’auteurs d’attentats terroristes, notamment. Ou de le faire sur un mode scandaleusement ironique comme à l’extrême droite, surtout… Comme un “malaise dans notre civilisation…”

Autre mot,  ou phrase, mais autre contexte, plus paisible, que je ne supporte plus. Ainsi, pas plus tard qu’hier, à cette heure matinale où l’air est encore frais, assis à la terrasse d’un café, et à l’ombre, (mon sport préféré, surtout l’été. Mon corps n’a plus l’âge de ces morts en sursis qui joggent sous un soleil de feu à une heure où habituellement je prends  mon “noir” ou lis  paresseusement quelques pages dans  ma chambre – au frais !) j’entendais  un petit groupe mixte de cinq ou six personnes commenter le passage de la Vuelta dans ma ville. “Ils s’étaient régalés” !  À vue d’oreille, j’ai dû ouïr, malgré moi, cette bétasse expression une vingtaine de fois… Un peu plus tard, au pied de ma porte, c’est une voisine de quartier qui me racontait son séjour sur la Costa Brava. De l’hôtel, de la plage, du restaurant, de sa chambre, des poissons… “elle s’était régalée”. Je passe sur les détails ! Mais j’attrapais le pompom en fin d’après midi à l’occasion d’une conversation de groupe, disons familial. Là, c’étaient de melons dont “on se régale” à tous les repas qu’il était question, et de sardines grillées, tout autant “régalées”, le dimanche. Suivirent les “petits enfants”, la patrouille de France, les desserts de tante Yvonne, le rosé de José… Tout était objet et prétexte à se régaler. Un véritable supplice ; et une définitive allergie à cette insupportable “scie” mise ainsi à toutes les sauces.

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    VIALLE Jean-Pierre

    |

    Je me régale, à la lecture de certains de vos articles(Sourires…)

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      (#128519#)… je l’attendais (ce commentaire), et il est vite venu… (#128516#)

      Reply

  • Avatar

    VIALLE Jean-Pierre

    |

    C’était facile et tellement tentant de vous agacer un peu plus. Bonne journée

    Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    Desproges prétendait que Marguerite Yourcenar avait honoré le livre d’or d’un restaurant d’un ” Je m’ai régalé ” (#128517#)

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :