Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: De Didier Codorniou et de Narbonne comme capitale de la future grande région…

carteHier, dans l’Indépendant , Didier Codorniou critiquait la réforme territoriale, dont le premier volet a été voté à l’Assemblée Nationale le même jour, au motif qu’elle serait, selon ses propres termes « improvisée » ; ce qui, pour un observateur attentif de notre vie politique est évidemment faux ! Un contre sens tenant sans doute au fait que, jeune élu, il ignore que l’économie générale de ce texte est dans les « tiroirs » des gouvernements de droite et de gauche qui se sont succédés depuis plus de trente ans – ce qu’on peut lui pardonner ! Ou bien alors s’agit-il d’un alignement pur et simple sur la position de celui dont il est le vice-président, le sénateur- président du Conseil Régional de la région Languedoc-Roussillon, monsieur Bourquin, qui , dans un large consensus des conseillers régionaux de droite et de  gauche, ne veut pas entendre parler de fusion avec Midi-Pyrénées , et l’on se permettra de s’en étonner- même si on peut comprendre sa posture, disons de fidélité.

S’en étonner d’abord parce qu’il devrait savoir que la voix de ce dernier -mais il le sait!- par son caractère public marqué  du sceau de l’inélégance -on n’insistera pas !-ne compte plus ou guère dans le débat national sur ce sujet, comme au sein du PS en particulier. S’en étonner ensuite parce que cette loi sera de toutes les façons votée et qu’il convient plutôt , pour la suite et maintenant, de s’y préparer en défendant d’abord les intérêts du Grand Narbonne et des narbonnais. S’étonner encore que l’on fasse semblant de croire que la fusions des régions serait la seule affaire, et la plus importante, de cette réforme, alors qu’elle n’en est que la première étape. S’étonner toujours que l’on ne la mette jamais en rapport avec la création de Métropoles et de Communautés d’Agglomérations aux compétences et aux frontières élargies -qui « absorberaient » des pans entiers de l’espace et des pouvoirs des régions et des départements s’ils restaient en l’état. S’étonner toujours que l’on ne veuille pas voir dans l’ensemble de cette réforme, et non dans ses détails, une nécessaire adaptation aux nouvelles réalités territoriales – urbanisation, métropolisation , notamment – comme la nécessité de donner une plus grande lisibilité à un mille-feuilles administratif lourd, couteux, opaque et peu efficace.  De ces étonnements, je pourrais en allonger la liste tout en comprenant ceux de Didier Codorniou qui se trouve dans la position de devoir soutenir un Président sur la défensive et critiqué ici même ,dans ce département et la Narbonnaise, par son propre camp. Dans ce contexte, plutôt que d’ajouter de la confusion à la confusion -il n’en manque pas!- et encore une fois dans le seul intérêt qui vaille, celui de ce territoire et de ses habitants, l’union  indispensable de tous ses acteurs pour avancer pourrait se faire -sur cette question- sur un objectif simple, mobilisateur et offensif : proposer Narbonne comme capitale symbolique de la future grande Région . Une utopie réaliste! Je ne vais pas faire ici l’énumération des arguments historiques , culturels et géographiques militant en faveur de notre cité, tout le monde les connaît. Retenons simplement le plus évident : sa localisation géographique idéale entre la future métropole Sète-Montpellier-Nîmes , celle du Grand Toulouse et … Barcelone. Allez Bascou, Codorniou et Mouly, Osez ! Osez donc !

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • SIDOBRE

    |

    J’avais, pour ma part, lors de l’évocation du Musée de la Romanité – que je souhaitais de la Préhistoire aux années 1960 – proposé dans mon blog :  » Musée Narbonne Capitale « …
    Alors, effectivement, l’histoire et la géographie pourraient être mises en avant pour désigner la Capitale de la nouvelle région.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

                  Pendant que les médias et la classe politique en "font des tonnes" sur la pseudo affaire d'État Benalla, paraît [Lire la suite]
Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politique, administrations et médias…

Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politi

  Thierry Pfister, cet ancien journaliste du journal le Monde, qui écrivit aussi, après son passage au cabinet de Pierre Mauroy, alors premier "Premier ministre" du Président Françoi[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :