Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne et de la Grande-Région. Le cri d’Alary !

000_par7987710

Hier, je commentais le commentaire d’un de mes lecteurs fait sur ma « brève » concernant les tractations entre le PS ( qui à la manœuvre ? ) et le PRG ( qui, itou? ), pour sceller une éventuelle alliance au premier tour des régionales de la grande région MidiPyrénéesLanguedocRoussillon. J’y évoquais l’hypothèse d’une première vice-présidence PRG Didier Codorniou, plus « vendable » aux électeurs du Languedoc-Roussillon, d’autres, celle de Sylvia Pinel, rédhibitoire pour les mêmes et le baronnage socialiste régional. Deux ministres  du gouvernement Valls issues de Midi-Pyrénées, à la tête de la future grande région ne pouvant leur apparaître que comme une véritable provocation. Le voici, sans retouche:

Mon sentiment Yannick est que: 1: des radicaux au premier tour alliés au PS ne feront pas décoller la liste de Carole Delga, qui me semble avoir déjà atteint un plafond et , comme vous le dîtes, susciteraient des divisions et ressentiments qui annuleraient leur apport électoral 2: Des radicaux seuls, et le risque d’un score en dessous du seuil qui leur permettrait de « vendre » leur fusion avec le PS n’est pas nul, je le crois même probable 3: Le meilleur deal pour le PRG est incontestablement avec Saurel, à la condition que ce dernier aille au delà de sa seule conviction de devoir y aller pour y aller vraiment, ce qui n’est pas encore assuré. 4: Dans cette dernière hypothèse, c’est Saurel-Pinel qui fait la future présidence 5: Au final, et dans toutes les hypothèses, grand danger pour le PS et Carole Delga..

Et voici la réaction de Damien Alary, sur FR3, le numéro 2 de Carole Delga. Comment lui donner tort? Et qui valide, s’il le fallait, ma réponse à « Yannick »:

« Il en est hors de question. J’irai au bout du binôme que je forme avec Carole Delga. Je reste dans ce tandem. Je suis favorable à un accord avec le PRG. Mais il ne faut pas un accord à n’importe quel prix. Ce serait une faute politique grave et inacceptable pour le Languedoc-Roussillon. J’ai le soutien de tous les grands élus du Languedoc. Une absence d’accord avec le PRG peut faire perdre 2 ou 3 points au PS. Mais le fait que le Languedoc ne soit pas représenté peut en coûter 10 ou 12. Si l’on commence à céder à toutes les revendications de nos partenaires, entre les deux tours lorsqu’il faudra négocier avec les écologistes ou le PC, il n’y aura plus de socialistes sur les listes ».

Sans commentaire! L’été est, et sera  chaud dans la Grande-Région…

PS: Dans le (3:) il n’est pas certain que Saurel soit finalement preneur compte tenu de la faible valeur ajoutée électorale du PRG. Il faudrait de plus que le PRG abandonne son « maillot » pour présenter des « candidats libres » sur les listes Saurel…

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Elle

    |

    C’est curieux : on entend souvent l’expression « cuisine électoraliste » et à la lecture de ce billet, j’ai l’impression aigue de lire des recettes de cuisine des recettes boiteuses pour élaborer des plats que les électeurs n’ont pas envie de manger. 250 g de farine socialiste, une cuillère à café de prg, une pincée de pc, le tout recouvert d’une sauce de points à ne pas perdre. Va t’il vraiment falloir manger ça ?

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Effectivement Elle! Ce n’est pas de la ratatouille à la vapeur: très bonne, elle, l’été – je vous recommande de la manger froide! Lisez donc le billet de ce jour, où j’en dis encore un peu plus sur ce qui se cuisine en ce moment. Bref de la politique, comme on ne l’aime pas…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

      Narbonne fut grande, capitale aussi d'une vaste province romaine. Elle ne l'est plus depuis des lustres et ne le sera plus jamais. Ce qui ne l'empêche pas d'honorablement t[Lire la suite]
Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

      Bon ! je ne vais pas en rajouter à la "déferlante" de féroces critiques qui s'abattent sur Laurent Wauquiez depuis sa désormais célèbre conférence donnée dans une "gran[Lire la suite]
Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]