Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne : il faudra bien un jour ranger les lames !

images

Bertrand Malquier doit éprouver  un sentiment d’injuste partialité  dans la manière dont je rapporte et commente certaines de ses positions publiques  . Je dois dire que jusqu’ici il ne m’en tient aucunement rigueur et qu’il se montre toujours d’une belle et constante courtoisie quand il nous arrive de nous croiser sur les Barques de Cité – que son “patron” trouve toujours aussi catastrophiques au point de les mettre, en août, paradoxalement, en “scène ” …

Je disais donc que Bertrand Malquier , qui est  intelligent, sa courtoisie en est l’évidente preuve, manque souvent, dans son expression publique en tout cas,  de mesure et d’esprit d’à propos . Je le faisais remarquer hier encore au propriétaire d’un salon de thé  après que j’aie lu dans l’Indépendant du jour, sous la signature de Xavier Coppi, que, s’il trouvait bonne la décision du Grand Narbonne de créer un dispositif d’aide à la création d’entreprises dans le quartier prioritaire de Saint-Jean-Saint-Pierre, il exigeait néanmoins que la Ville en assurât le “pilotage” politique et technique. Une exigence un tantinet baroque quand on sait, ou devrait savoir, qu’en la matière, comme tout ce qui relève de l’économie en général,  seule la Communauté d’Agglomération est compétente – au plan institutionnel évidemment. Mais peut-être faudrait-il  voir dans cette déclaration l’amorce voilée -on a le droit de rêver- d’un premier pas vers une coopération de fait qui ne dit pas encore ouvertement son nom. Car, comme le note encore Xavier Coppi dans son article, il faudra bien un jour “au nom de l’économie locale” ranger les lames et faire tomber enfin les masques … La Narbonnaise, en effet, ne peut pas se payer longtemps le luxe de tels “combats” d’ego alors que  sa situation économique et sociale est très dégradée . La raison comme l’intérêt de tous les acteurs du territoire commandent des comportements et des pratiques de coopération enfin débarrassées de tout sectarisme et … ressentiment.

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

    Le 27 de ce mois. Il écrit sur sa page Facebook : "départ pour les Seychelles", et reçoit des brouettées de "J'aime". Sitôt arrivé, il nous montre ses photos, qui suscitent une flopé[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas Sainte Cluque

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas

  Narbonne. Hôtel de ville.  Bertrand Malquier accuse Nicolas Sainte Cluque de plagiat, le second prétendant le contraire. Le sujet de la polémique étant « l’aménagement des berges de la Ro[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio