Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. La guerre du sexe aura-t-elle lieu!

    au-parc-des-expositions-de-14-heures-a-1-heure-du-matin_545284_516x343      

Étonnamment, l’ouverture, si j’ose dire, d’Éropolis, dans ma provinciale petite cité audoise, bien sage habituellement pourtant, du moins je le croyais naïvement jusqu’ici, coïncide avec le retour des martinets. L’an dernier, c’était le Lundi de Pâques qu’ils criaient dans un ciel Narbonnais sombre et bas. Les martinets, les oiseaux, pas d’autochtones  érotomanes excités par des volées de petits fouets. Toujours est-il que, dans ce salon printanier, sont proposées,  par des hôtesses  bien carrossées, de puissantes montées de sève. À la carte, dans  des chambres aux fantasmes « avec une ou deux filles , avec ou sans sextoy », nous dit-on. Tout cela mêlé au  Parc des Expositions, évidemment! J’imagine d’ici Jacques Bascou, le propriétaire des lieux, en maître des cérémonies tout de cuir vêtu , une paire de ciseau dans une main, un fouet dans l’autre, l’inaugurer cette foire du sexe; j’entends aussi ses « rugissements » de plaisir à présenter ce nouveau concept de Narbonne-Sexopole comme l’indiscutable preuve de l’attractivité de Narbonne et de la (les!) Narbonnaise (s!).  Pendant ce temps d’intense dépense d’énergie libidineuse, Didier Mouly, chut, chut! jaloux, très ! intrigue et serait prêt  à « se déshabiller » m’apprend la rumeur publique, mesquine et sans doute intéressée , pour récupérer, aux forceps, le traditionnel « salon du mariage », afin de l’installer chez lui, si je puis dire,  au Palais du Travail. Un site, austère et froid, sans chambres, cabines, sextoy ni martinets… Quoique! Sait-on jamais…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (13)

  • Julès

    |

    On ne sait plus à quels seins se vouer !

    Reply

  • Bernard-Mery de Vargas

    |

    hum, la petite brune de droite me donnerait bien envie d’aller y faire un tour… pour le reste, il me semble que c’est moins le maire de Narbonne que l’organisateur du Salon du Mariage qui explore la piste du Palais du Travail. Et il n’est pas le seul. Les organisateurs du Salon de l’Auto (occasion) ont acté, crois-je, son déplacement sur… les Barques, en extérieur.
    Dans les 2 cas la raison en est le coût prohibitif de location du Parc des Expositions dont les nouveau tarifs, me dit-on, on explosés.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Les dessous de cette affaire me semblent forts douteux Bernard!

      Reply

  • Braem Bernard

    |

    En forme, et avec des argument de formes, Michel ce matin…

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Je n’ai pas pu résister à la tentation, Bernard!

      Reply

  • raynal

    |

     »Cachez ces seins que je ne saurais voir  »….On va interdire Narbonne aux moins de dix huit ans…..?

    Reply

  • DILOY REY franck

    |

    Une visite dans ce beau salon par pure curiosité et non par perversité comme certains peuvent penser.et pour preuve.
    Ce n’est pas parce que l’on visite une grande bibliothèque que l’on est un grand écrivain!!

    Reply

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    Merci Michel pour ce billet qui fait surtout réagir les vieux, sans doute pour leur rappeler quelques souvenirs . Je crois que pour ces nostalgiques de sensations à jamais perdues cette manifestation pourrait être baptisée « Erectopolis » , qui sait un miracle est si vite arrivé …. Enfin il me semble qu’il y a plus sérieux à faire à Narbonne .

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Ce matin, j’avais l’esprit facétieux Alphonse! Mais sous l’ironie se cache quelques petites vérités. Je ne les dévoilerai pas. Au lecteur de soulever la « jupe » …

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

                  Pendant que les médias et la classe politique en "font des tonnes" sur la pseudo affaire d'État Benalla, paraît [Lire la suite]
Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politique, administrations et médias…

Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politi

  Thierry Pfister, cet ancien journaliste du journal le Monde, qui écrivit aussi, après son passage au cabinet de Pierre Mauroy, alors premier "Premier ministre" du Président Françoi[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :