Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: un dimanche matin d’été aux Halles…

 

Halles

Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai: sa carte d’identité hexagonale. L’été, on y voit plus de touristes le nez dans leur “Routard” que d’autochtones la main au panier. Surtout le dimanche! A l’heure où sonnent les cloches, ils déboulent comme bigotes à Lourdes. Droit sur l’étal des olives! Celui des poissons aussi. On leur a tellement dit que “c’étaient çà le Midi” !

Quelques uns tâtent du melon et de la fraise, d’autres sifflent un pastis ou un canon de rosé: des images de cartes postales qu’on racontera au bureau autour du distributeur de café, près de la photocopieuse. On ne voyage plus, on regarde des images pour en mettre plein la vue, à ceux qui ne partent pas ou ne partent plus. Merveilleux, extraordinaire, magnifique, exceptionnel… On se rassure comme on peut en parlant comme un agent de voyage. Le choc, ce jour où me trouvant devant l’Acropole, sous un soleil de plomb. Des pierres qui n’avaient rien à me dire que je n’avais déjà lu. Et l’indignation de mes amis à le leur avouer.

Pour en revenir à mes Halles, j’insiste sur le possessif, elles ont toujours pour moi l’accent de mon grand père: un mélange de valencian, de patois et de français plus qu’approximatif. Le dimanche, il occupait avec ses amis espagnols, tous de son village ou presque, son centre et son temps à refaire le monde dans sa langue natale. J’avais alors le sentiment d’un ailleurs à la fois lointain et familier. Comme devant ma première paella familiale… Si on peut voyager autour de sa chambre, on peut le faire aussi autour d’une table de cuisine , de son souvenir, fut elle en formica.

Ce marché couvert est aujourd’hui à la mode! On y croise clochards et notaires, rmistes et gros bonnets. Et j’y trouve toujours Maruenda, qui toujours monte et descend l’allée centrale. Hier, il me donnait des nouvelles de la famille: le cousin Manuel et la cousine Amparin, la buraliste de Cox. Une belle femme, qu’on vit jadis aux bras de Picasso dans les rues de Narbonne… Dans une vieille boîte de chaussures, chez ma tante, une photo de ce temps en témoigne.

Je ne sais si ces Halles sont le coeur de Narbonne, comme l’affirment  les guides touristiques, mais elles font battre le mien. Quand j’en parcours les allées, il bat toujours au rythme de ma mémoire et de mes souvenirs…

On voyage toujours avec son histoire personnelle et familiale en bagage. C’est elle qui fait la beauté d’un lieu. Ou nous laisse indifférent…

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Pilot

    |

    C’est vrai que j’ai longtemps voyagé pour me faire des souvenirs, mais que de plus en plus je fait appel aux miens pour retrouver odeurs, sensations, émerveillements… La vieillerie sans doute !

    Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    J’aimerais bien,comme toi, flâner dans Les Halles couvertes du marché de mon enfance………..à Alger (#128549#)

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël aussi. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond "musical[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :