Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Une tentative d’attentat aux Halles de Narbonne!

photo

Denis Carrière est un dangereux activiste. Ses cibles? Stratégiques: des scènes de la vie courante, notamment dans les emblématiques Halles de Narbonne. Ses armes? Redoutables: un carnet et des feutres. Son but? Satanique: saisir l’âme si singulière de cette belle cathédrale profane. Ce qu’il fait, pacifiquement, depuis plusieurs années! Et sans que jamais personne ne lui ait  fait la moindre remarque, jusqu’à ce fatidique vendredi 8 janvier où deux individus, un agent de sécurité et un employé municipal, lui ont demandé s’il possédait une autorisation du « Château » pour oser dessiner ainsi, librement. Ce que notre artiste local a très mal pris, on peut le comprendre, suscitant ainsi chez l’un de ses deux censeurs le désir de convoquer, illico, par la voie téléphonique, sur la scène de crime, une brigade municipale. L’animateur des Halles, au repos, s’y précipitant lui aussi pour offrir ses services, improvisés, de « médiateur » accrédité auprès des commerçants du lieu. Ne manquaient à l’appel qu’un détachement de la police scientifique et d’une psychologue assermentée pour vivre en direct un épisode des « Experts ». Je sais bien que nous sommes en guerre, le Président nous le dit tous les jours, et sous le régime de l’État d’urgence, son premier ministre nous le rappelle tous les matins, mais quand même! depuis quand des feutres de couleur et un carnet à dessin troubleraient-ils l’ordre public et des esprits coincés au point de menacer notre sécurité, dans les Halles? Faudra-t-il, désormais, quand je sortirai mon bloc-notes et mon stylo, pour y écrire une anecdote vécue ou rapporter une conversation entendue autour d’un « tonneau », adresser une demande officielle, format A4 – et à qui au fait?  Un tel manque de discernement, de la part de nos deux  zélés gardiens des Halles, le lendemain du premier anniversaire des attentats de Charlie Hebdo, qui plus est, frise, sinon la provocation intellectuelle délibérée, à tout le moins celle engendrée par une profonde bêtise. Ce que Denis Carrière, qui m’a fait parvenir ce dessin, exprime parfaitement bien, à sa manière…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (6)

  • Bernard-Mery de Vargas

    |

    Souvent, malheureusement, il y a moins de culture chez certains dépositaires de minimes autorités que dans un yoghurt!

    Reply

  • Mireille Rudelle

    |

    Denis Carrière, donne sens à notre quotidien, un artiste que j’aime !

    Reply

  • Jean-Pierre Vialle

    |

    Je pense qu’il faut très vite envisager d’interdire également les photos, notamment des touristes….Qui sait? Parmi ces photographes il y a aussi peut être des artistes…Les Halles ne sont faites pour l’épanouissement culturel…qu’on se le dise ! Les seules images tolérée sont marquées du signe €… On peut les reconnaître facilement

    Reply

  • Alphonse Martinez

    |

    Quel est le crétin qui a donné les ordres ??? Il nous faut un nom Michel ,les Narbonnais ne peuvent s’associer de prés ou de loin à une telle andouille .

    Reply

  • gilles durafour

    |

    Je suis certain que ces 2 protecteur sans peur et sans remord,passe a côté des endroit ou c’est sur,ils devrait y avoir des explosifs!!,ils devrait mettre tout les oeuf au arrêt et les obliger a ouvrir leur contenue!!,je suis certain qu’ils vont gagné un très grosse promotion et la médaille du courage et la légion d’honneur!,aller courageux protecteur des halles!,au boulot!!,ça va être tout bon pour vous

    Reply

  • Serge Niémetz

    |

    La justification invoquée est que « toutes les activités » dans les Halles doivent être autorisées au préalable. Donc, avant de vous y rendre, demandez en 3 exemplaires votre autorisation d’acheter, marcher, respirer… Qui peut contester qu’il s’agit là d' »activités » ? Ensuite, quand vous y êtes, bon citoyen, présentez votre autorisation aux agents de sécurité et invitez-les à s’assurer que tous les gens qui sont là ont la leur.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

                  Pendant que les médias et la classe politique en "font des tonnes" sur la pseudo affaire d'État Benalla, paraît [Lire la suite]
Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politique, administrations et médias…

Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politi

  Thierry Pfister, cet ancien journaliste du journal le Monde, qui écrivit aussi, après son passage au cabinet de Pierre Mauroy, alors premier "Premier ministre" du Président Françoi[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :