Contre-Regards

par Michel SANTO

De la sûreté dans le maniement de la langue.

Dans le concert de critiques sur la loi de rétention de sûreté, comme celle de BH Lévy dans Le Point du 28.02.2008, Robert Badinter  fourni matière et caution morale en dénonçant « un changement radical de notre droit  », une « dérive dangereuse  », ajoutant que « Depuis la Révolution française, on va en prison pour des actes ou crimes qu’on a commis, pas pour ce qu’on est, pas au nom d’une dangerosité indiquée par des psychiatres  »

Et BHLévy, d’en rajouter : « Les délinquants ne sont pas des malades…faire de la justice une région de la clinique …c’est renouer avec les temps sombres du pénalisme pré-moderne. »Simple, frappant et plein de bons sentiments. Mais faux ! Car il est  suggéré ainsi que, depuis
la Révolution, la justice pénale serait insensible à la personnalité des criminels et que cette ignorance seule aurait jusqu’ici été garante de sa probité. 

Sans vouloir établir ici la généalogie des relations entre le psychiatre et le juge bornons nous à rappeler que la loi relative à la rétention de sûreté ne constitue qu’une étape supplémentaire dans les interactions de plus en plus fortes entre le modèle juridique et le modèle clinique du contrôle social. L’adoption du nouveau Code pénal en 1994 , soutenue par Robert Badinter lui-même, s’inscrivant dans cette lignée « des lois successives qui ont permis au juge la prise en considération de plus en plus large de la personnalité du criminel  » .
 

Il ne s’agit pas pour moi d’approuver ou pas cette loi, mais de montrer en la circonstance que mêmes les plus grands esprits se laissent parfois aller à ,disons, la facilité…. Sur des questions sociétales sensibles et d’une aussi grande importance, un peu plus de retenue et de raison éviteraient en effet ce déchaînement de passions qu’alimentent encore nos apprentis sorciers  en mal de notoriété médiatique.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Élections européennes ! Pour moi, dimanche, qu’y puis-je, ce sera donc un vote nécessairement utile…

Élections européennes ! Pour moi, dimanche, qu’y puis-je, ce sera donc un vote nécessairement utile…

        À quelques jour des élections européennes la situation est désormais claire : l'objectif visé par les partis nationaux est moins de présenter un programme crédible [Lire la suite]
Narbonne ! Une si belle place aussi grossièrement fardée !

Narbonne ! Une si belle place aussi grossièrement fardée !

      C’était je ne sais plus quel jour de la semaine passée où un froid soleil magnifiait la place de la Voie Domitienne. Un couple dont la langue signalait une origine mani[Lire la suite]
Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

      Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier, des martinets  signaient de noires arabesques. Plus bas, des hirondelles virevoltaient j[Lire la suite]
Mais qui parle enfin d'Europe !

Mais qui parle enfin d'Europe !

      Finalement l'Europe n'est pas le sujet de cette campagne électorale. Partis et Médias rejouent vainement la présidentielle. Et la seule question posée est qui de Macron ou [Lire la suite]
Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Aux aurores, fou rire, en apprenant que le Grand Narbonne, devenu « territoire d’industrie », alors qu’il n’en possède pas, se lançait dans une opération pilote : "adoptez deux poules et réduisez vos[Lire la suite]
Quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! Vraiment ? Non !

Quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! Vraiment ? Non !

          Quel titre, et quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! 100 millions d'euros pour dynamiser son territoire et ses industries. Vraiment ? Non, évidemm[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :