Contre-Regards

par Michel SANTO

De Libération faire table rase ?!

De Libération faire table rase ?!

"Faire de la politique, à droite, c’est distribuer des prébendes et des dividendes ; faire de la politique à gauche, c’est se réclamer de principes, d’une culture, d’une histoire, d’une éthique, d’un camp, et de les assumer." Et les assumer , nous dit Marcelle, dont le journal est à la rue et bientôt à la casse, ce serait lui remplir la caisse. Trois mois qu’il attend Godot et qu’il tend sa sébile, en nous demandant si ça nous « choquerait vraiment que l’Etat mette son nez dans nos affaires ».  Il y est pourtant déjà et les principes journalistiques de monsieur Marcelle commandent qu’il en sorte au plus vite. Libération meurt de son manichéisme idéologique et moral, vive Libé ! et que Marcelle nous fiche enfin la paix !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    pibouleau

    |

    L’une des erreurs de Libé : il a oublié qu’il était de gauche. Pas la gauche de gouvernement : LA GAUCHE. Libé agonise,certes, mais ne se meurt pas pour autant. Que Libé redevienne ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : un quotidien populaire. Gloser sur la gauche morale n’empêche pas cette dernière d’incarner l’humanisme face au dieu fric. Que la gauche caviar regagne ses placards dorés et que la gauche populaire s’exprime. Tel est mon propos du coeur

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :