Contre-Regards

par Michel SANTO

Des mots pour faire enfin silence.

 

  

 

Deux jours sans écrire un mot. Des mots qui sans cesse retournent à leur intrinsèque pauvreté. A leurs limites. Et qui vous laissent muets face à la souffrance de tout un peuple. Un peuple qui vit sur une étroite bande de terre d’un archipel montagneux où tous les jours, tous les jours, tremble la terre et montent les eaux. Un peuple qui sait depuis des millénaires que sa survie dépend de la confiance donnée au groupe, du respect de la discipline collective et d’une solidarité sans faille. Cela, je l’ai compris lors d’un séjour au Japon. Comme j’ai compris leur fascination et leur culte de la floraison des cerisiers. Ce moment éphémère d’une tragique beauté qui manifeste leur profond sentiment d’une extrême vulnérabilité. Son courage et sa dignité ne m’étonnent donc pas. Mais ce qui me révolte, à l’inverse, ce sont les commentaires de nos journalistes qui cherchent, suscitent, provoquent et tordent l’information et les témoignages pour instiller dans nos esprits que la panique occuperait le leur. Le mercantilisme de nos entreprises de presse et la projection de nos propres peurs et faiblesses sur cette immense tragédie humaine faisant, comme d’habitude, cause commune. Je disais ma honte, avant-hier. Aujourd’hui je  n’ai plus de mots pour exprimer tout ce que révèle de futilité, de mesquinerie, de lâcheté et de fanfaronnade mêlés ces pratiques hypocritement compassionnelles. Sans doute, suis-je moi aussi dans l’excès. Mais il fallait que ces mots sortent. Qu’ils sortent pour que je puisse faire enfin silence…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    raynal

    |

    Est ce le shintoisme qui leur apporte ce stoicisme apparent devant ce cataclysme ?

    Toujours est il qu’ils paraissent effectivement avoir devant la mort une attitude beaucoup plus sereine et distanciée que la notre, et ce sentiment qu’ils donnent a voir de collectif solidaire
    est tout a fait impressionnant.

    Ils reppellent, par bien des aspects (religion mise a part )le peuple allemand…Meme discipline collective, meme courage, meme idée d’appartenance a une communauté élitaire.

    Est ce un hasard de l’histoire s’ils furent alliés en 39/45 ?Je ne le crois pas…Il y a, hélas, un revers a toute médaille et ces hautes et admirables qualités ont pu quelquefois etre détournées
    a des fins abominables.

    C’est pourquoi, mon cher Michel, en partagent ton admiration pour ce peuple si grand et si digne devant cette terrible épreuve, j’élève quand meme ce bémol en prenant garde de ne pas oublier les
    leçons de l’histoire et les dérives passées.

    Mais j’ai cru comprendre que tu connaissais le Japon bien mieux que moi pour y avoir séjourné…Quand a moi, il ne s’agit que de quelques réflexions qui ne peuvent s’appuyer sur une connaissance
    très étendue de ce peuple.

    Nous sommes, ghislaine et moi, en train de découvrir Haruki Murakami (Kafka sur le rivage )…C’est bouleversant…Tu l’a surement lu, qu’en pense tu ?

    Pour le reste (ma santé) je suis en attente de différents résultats d’examen, mais tout de meme un peu plus optimiste après avoir consulté un ”ponte” a montpellier…A la grace de
    celui qui , grand horloger, ou architecte ou encore divinité tutélaire, voudra bien, si il lui reste quelques instants se pencher sur ma microscopique existence…Mais je n’y crois guère
    sachant combien de tout temps son emploi du temps fut serré..Et pourtant, s’il existe, le temps…C’est lui qui l’a inventé, non ?

    Trève de balivernes…Tu as raison…Silence.

    A toi.

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    Oui Jacques! J’y ai passé plus de 15 jours dans ce pays fascinant. Le seul, où, chaque jour je remplissais un carnet de notes tant tout ce que j’observais me surprenait ( au sens le plus fort du
    mot ). Et je l’ai traversé dans des conditions de confort ( voyage professionnel…) qui me permettait d’être le plus ouvert et à l’écoute . J’ai rencontré des chefs d’entreprises, des hauts
    fonctionnaires, des paysans, des français et des américains installés bref! J’ai vu des paysages, des villes étonnants. Ah Tokyo sans rues ni numéros mais où les lettres arrivent à l’heure…
    Leur ouverture spirituelle: selon les moments de la vie traversés on peut être shintoiste ( pour la joie ) boudhiste ( dans la peine) et ppourquoi pas chrétien de surcroît… Leur art fait de
    rien et de si peu: trois fleurs, deux gestes et de longs silences… Je pourrai t’en parler des heures, mais ce lieu ne le permet pas… Un autre jour sans doute Jacques. A toi…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :