Contre-Regards

par Michel SANTO

Sur la prospective régionale.

   

Le dernier paragraphe de l’entretien accordé par J.P Volle au Midi libre de ce jour :

« La dynamique de métropole exige un cœur métropolitain de Sète à Lunel, c’est là que ça se passe tous les jours. Montpellier a su construire une image qui permet de penser qu’elle est attractive parce qu’elle a un plus. Pour cela, il faut que les entités fonctionnent en même temps. Dans le contexte politique actuel, on ne sait plus trop. L’idée de métropole doit pouvoir relancer une mécanique de débat d’idées et de projets. Dès à présent, il faut mettre en place des systèmes de gouvernance pertinents et efficaces sur les grands équipements, les grandes infrastructures et sur le fonctionnement quotidien. Si l’on continue de penser que cela se fait naturellement et que tout ira bien, je crois au contraire que tout ira mal. Cette mécanique métropolitaine permettra au Languedoc-Roussillon de se retrouver en 2030 avec une existence reconnue. »

Que j’ai commenté, en lui rappelant, Jean Paul Volle est un vieil ami, le document de prospective réalisé fin 80, dont Roger Brunet avait assuré l’animation scientifique et moi même la coordination des travaux.

 

Dans « Stratégie 2000 », donc, page 19, et ici en ligne, on peut lire également , sous le titre : Deux images du Languedoc-Roussillon en France et en Europe, ceci :

 

 

« Ces deux images ne revendiquent pas l’authenticité d’une méthode scientifique. L’ambition est plus modeste : mettre en perspective certains risques et certains atouts ; mesurer l’ampleur des défis à relever.

1 –    Le Scénario « prolongement des tendances actuelles »

 

Si les tendances constatées se prolongent sur les 15 ans à venir, dans un contexte économique international où la croissance se stabilise à son niveau actuel, et qu’aucune variable ne joue de rôle déterminant, on constatera les phénomènes suivants :

 

·      La croissance démographique, issue d’un solde migratoire positif, la création d’emplois, principalement dans le tertiaire, et la création d’entreprises se maintiennent à un rythme élevé par rapport à la moyenne française, mais l’augmentation de la population  active, corrélativement plus forte, aggrave la situation de l’emploi.

 

·      L’essentiel de la population supplémentaire, de l’emploi et des activités se fixe sur la partie orientale du littoral. La position, déjà acquise, de l’axe Montpellier-Nîmes se renforcera inéluctablement, mais dans des conditions difficiles : ségrégation spatiale emploi/habitat, problèmes d’organisation des transports, pressions foncières et sur l’environnement…

 

·      A cette augmentation du poids relatif de l’Est du littoral dans l’armature urbaine régionale, s’ajoute la poursuite du mouvement de retrait des activités et des hommes dans les zones de montagne et l’espace rural (PAC…). Les terres et villages « libérés » posent de redoutables problèmes de gestion : entretien, valorisation, protection etc…

 

En 2000-2015 les déséquilibres économiques, les divisions sociales et spatiales du Languedoc-Roussillon s’aggravent. La cohésion politique est menacée.

 

2 –    Le scénario souhaitable

 

La croissance économique nationale s’établit à un rythme plus élevé. Le mouvement de décentralisation d’institutions ou d’organismes publics d’enseignement et de recherche se poursuit et s’accélère.

 

·      La création d’emplois dans le tertiaire (du fait du maintien de la croissance démographique) et surtout la création d’emplois dans le secteur productif tendent à limiter la demande d’emploi régionale. Plus précisément, c’est le tertiaire supérieur qui connaît la croissance la plus forte et la plus rapide (chercheurs, enseignants-chercheurs…).

 

·      Dans les nouveaux arrivants, la part des personnes âgées est un peu plus importante. Des structures d’accueils (habitats), des services, et donc des emplois particuliers (santé, sport…) sont créés

 

·      L’allongement de la saison touristique et la commercialisation de nouveaux produits (tourisme culturel, tourisme rural…) induisent de nouveaux métiers… »

 

Nous sommes en 2012, et toujours, hélas, dans le premier scénario…


Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]