Dix lignes pour expliquer la désertion civique constatée lors de ces élections locales.

 

En pensant précisément au vote d’hier, je crois surtout que les français ont sauté ces élections et se réservent pour la seule qui compte vraiment à leurs yeux, hélas ! , la présidentielle ; présidentielle qui, de surcroît, aura lieu dans moins d’un an… Comment en serait-il autrement en effet quand les médias ne cessent de nous projeter en 2022 en mettant en scène le seul duel entre le Président sortant et la candidate du RN ?

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (3)

  • Avatar

    KRISDEN

    |

    Bonjour. Je crois surtout que « les politiques » au lieu de chercher à préserver leur siège devraient faire de toutes élections, autres que nationales, des élections à la proportionnelle à un tour (en rajoutant pour être plus incitatif que le 1er de la liste en tête est élu « Président »)Ainsi, les électeurs se sentiraient plus concernés car chacune des voix compterait. Il faut redonner envie à chaque citoyen d’exercer son « petit » pouvoir.

    Reply

  • Avatar

    Albert CORMARY

    |

    C’est oublier un peu vite notre histoire contemporaine. 2005, référendoum sur le projet de traité constitutionnel européen. Le sujet a passionné les français. Dans le dîners en ville et/ou en famille on ne parlait plus que de ça. De la politique en vrai ! Patatrac, le non l’emporte. Oh, bien sur, référendum= piège à cons, la réponse n’étant que binaire. Ainsi, toute la bien pensençance (ortografe non garantie) en a conclu que les anti- européens, les souverainistes, l’avaient emporté, en France mais dans d’autres pays également. En fait c’était bien plus compliqué et notre classe politique a préféré s’asseoir sur le vote et revenir par la petite porte plutôt que de prendre le sujet à bras le corps.
    Ainsi, a ressurgi la défiance envers les politiques qui n’a fait qu’empirer au fur et à mesure où nous avons vu les reniements, avec la gauche qui fait une politique de droite, un Hollande qui désigne son ennemi pour lui donner in fine les manettes du pays… il n’y aurait pas de quoi être dégoutté de la politicaille, celle qui se gargarise à chaque élection de sa victoire en étant élue avec 15 % du corps électoral ? Fallait voir M Codorniou, hier soir sur FR3, insultant tous ceux qui avaient une autre manière de penser autre que la sienne.
    Pour faire revenir nos concitoyens à la chose publique, l’an prochain, le sujet principal de la présidentielle devrait être la révision constitutionnelle. Qu’on l’appelle 6eme république ou autrement peu importe mais nos institutions sont moribondes, achevons-les ! M. Macron s’est montré incapable de la moindre avancée pendant son mandat. Du balais ! il ne manque pas d’hommes et de femmes de gauche pour porter des propositions de contenu et surtout de méthode.
    En avant sur la seule question qui puisse encore porter quelques espoirs.

    Reply

    • Avatar

      Michel Santo

      |

      Je suis d’accord sur la première partie de votre commentaire !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

  • Les Halles de Narbonne : « Plus beau marché de France ! »
                Je.6.2022 Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai : sa carte d’identité hexagonale. Et l’été, nous […]
    Aucun commentaire
  • Parfois un cyprès pousse en toi…
      Me.29.6.2022   9h30, devant la petite porte de l’ancienne entrée du cimetière de l’Ouest, cet admirable cyprès qui toujours plus haut par delà tout oubli s’élance et s’étire jusqu’au […]
    Aucun commentaire
  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    2 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
%d blogueurs aiment cette page :