Contre-Regards

par Michel SANTO

Édouard et Jean-Luc, après le souper !

Face à Jean-Luc Mélenchon, c’était le moment le plus attendu de ce « grand oral » d’Édouard Philippe sur France 2″. Mais à la grande surprise (grande, mais mauvaise !) des commentateurs qui font le buzz, il aura été finalement plus apaisé qu’annoncé… par les mêmes. Chacun est en effet resté sur son registre et le ton était plutôt respectueux (ah ! ah !). Et pour cause, cette mise en scène médiatique était aussi un moment d’une stratégie politique et d’image commune aux deux “parties”. Pour le premier ministre d’Emmanuel Macron, l’objectif, simple, était d’installer dans l’opinion l’idée que JLM est son seul interlocuteur d’opposition à gauche (et de maintenir ainsi  “la tête du PS sous l’eau”)  pour en retour  s’attirer la sympathie et le soutien de la droite et de la gauche modérée ( centriste et libérale) sur son programme et ses mesures. Itou pour le patron de La France Insoumise, qui espère, lui, grapiller du côté de la droite populiste et souverainiste. Je ne dis évidemment pas que leur posture a été négociée par leur “chef de com” respectif avant “l’émission politique” ! À ce niveau il n’est pas besoin en effet de palabres en coulisses pour comprendre ce qu’est leur intérêt politique commun : pour JLM construire durablement une force politique sur les décombres du PS, pour Édouard Philippe, parier  sur JLM pour éloigner du pouvoir une gauche social-démocrate sous hégémonie du PS ; et d’en tirer un certain nombre de conséquences (de ton et de mesure, en l’occurrence, hier soir). De ce point de vue, les deux acteurs ont parfaitement tenu leur rôle… et le spectacle fut quasiment sans faute…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et du Travail…

Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et d

    Il faut bien le reconnaître, le Palais des Arts des Sports et du Travail a toujours fait l'objet d'un rejet esthétique, culturel et politique de la part des élus de droite et de gauche [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio