Bougie

Elle avait des yeux bleus, Lola ! Ils se couvraient souvent de gris…

Bougie  

Elle avait des yeux bleus, Lola ! Ils se couvraient souvent de gris. Comme on tire un rideau, pour s’isoler du monde. Dans ce temps de l’enfance, je n’en comprenais pas le sens. Je ne savais pas alors qu’elle cachait une profonde tristesse. J’ai à présent devant moi une photo d’elle.

Ses cheveux, sans couleurs, masquent à peine de petites oreilles légèrement décollées ; et ses lèvres sont fines, son menton un peu lourd et ses joues creuses. Une extrême pâleur semble envelopper cette image en noir et blanc.Tout de ce visage austère, âpre, n’exprime que lassitude et chagrins. Et pourtant que de tendresse dans son Miguelito quand elle chantait mon prénom avec le ton et les accents de sa mère. Une mère absente, morte en lui donnant la vie. Lola, ma tante, m’aimait ; et je ne voyais d’elle que son amour. « Miguelito ! mon petit Miguelito… » Mon Dieu ! qu’elle était belle, et combien je me sentais fort dans ses bras. En décembre, son souvenir,, chaque année, a le goût des mantecaos qu’elle préparait pour les jours de fêtes. Les premiers, moelleux et friables sous la dent, étaient pour moi. Un léger nuage de poudre de cacao les colorait. Son visage était dans ces moments d’offrande tout sourire ; et ses yeux lumineux. À l’état civil, Lola était Dolorès. Douleurs en français. Et si je crois savoir qui, et pour quelles raisons, l’a baptisé ainsi, je continue de l’appeler, jusque dans mes pensées les plus lointaines « Lola ! ». Querida Lola !

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :