Contre-Regards

par Michel SANTO

Emplois aidés dans l’Aude ! Ce n’est pas le nombre qui manque mais l’engagement des acteurs…

Illustration : e-RSE.net

 

C’était le 19 décembre 2017, mesdames Sandragné et Bossis (vice-présidentes socialistes du Conseil Départemental de l’Aude) s’indignaient par voie de presse  [1]  de la baisse du nombre d’emplois aidés programmée par le Gouvernement. Avec ce seul message, complaisamment repris, témoignages à l’appui, sans aucune mise à distance, ou remarques « critiques » : « si demain ça s’arrête, c’est une catastrophe… ». Madame Sandragné précisant même : « le gouvernement s’en prend aux plus fragiles, c’est inacceptable… » Je leur rappelais alors dans un billet daté du même jour (nous vivons hélas dans une société sans mémoire !)  que c’est la majorité précédente, à laquelle appartenait les trois députés socialistes de l’Aude (plus aucun depuis…), qui avait décidé cette baisse drastique des dits contrats pour l’année 2017.

Qui s’en souvient ? Mais  le temps passant très vite, nous voilà déjà à la fin du mois de juin, et le Préfet nous informe, lui, que malgré une enveloppe de 981 emplois aidés au titre du programme Parcours Emploi Compétences [2] (emplois aidés dans le secteur non-marchand), seuls 18 % ont été pourvus à ce jour. 176 contrats ! Où est donc la « catastrophe », serais-je tenté de dire ; « qui s’en prend aux plus fragiles » ? À l’évidence, ce n’est pas le nombre d’emplois aidés qui est en cause ici, mais la faible réactivité des collectivités locales en général et du Département en particulier. Au point que le Service public de l’emploi [3], qui s’est réuni dernièrement à la préfecture, a sonné la mobilisation générale. La signature d’un partenariat avec le Centre de gestion de la fonction publique territoriale a suivi, et une réunion de tous les maires de l’Aude est programmée le 2 juillet. Des maires, nombreux à gauche, qui, en décembre, chantaient pourtant fortissimo, en choeur, la même rengaine : « le gouvernement s’en prend aux plus fragiles » etc. (voir ci-dessus) J’attends donc avec impatience la rentrée prochaine pour vérifier si l’énergie  qu’ils vont déployer pour s’engager dans ce programme sera d’une aussi forte intensité que celle dépensée dans leur dénonciation d’une « baisse des contrats aidés »… 

[2] Contrats de courte durée (9 à 12 mois) dont l’objectif est de permettre au bénéficiaire d’acquérir des savoir-faire et savoir-être susceptibles de l’amener à un « vrai travail ».

[3] Cette instance regroupe tous les acteurs de l’emploi (Pôle emploi, collectivités locales, missions locales, etc.)

 

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]