Contre-Regards

par Michel SANTO

Faits divers ! À Tourouzelle, le destin brisé de quatre jeunes apprentis…

Vendredi 2 février, une voiture roule en direction de Béziers sur la départementale 611. À son bord quatre jeunes gens. Je les imagine pleins de vie et de peurs. Ils rient, chantent, grondent. L’auto-radio couvre parfois leurs voix. Les paysages passent, indifférents. Un vent violent plie le haut des peupliers ; il siffle dans la légère Ford  – une vitre est à peine entrouverte – , qui tremble sous les rafales. C’est vendredi, on approche de midi. Enfin penser à soi seul ; oublier la semaine passée au CFA du bâtiment. Peut-être évoquent-ils vaguement leurs travaux, leurs amis… L’insouciance est encore de leur âge. Ils approchent de Tourouzelle. L’un d’eux somnole, il rêve.  Des images flottent dans la tiédeur de l’habitacle. Puis… des sirènes hurlent, dramatiquement rouges ; le bourdonnement épais d’un hélicoptère emplit l’espace ; des appels, des cris… Il est  12h 30 ! Le temps s’est brutalement figé. Un des quatre jeunes apprentis est mort ; ses trois amis sont blessés, dont un dans un état très grave. Je ne connais rien de leur tragique histoire personnelle. Rien que cet effroyable moment rapporté dans un banal article du journal local ! Et pourtant, ce matin encore, je pense à eux. Comme si soudain, dans les artifices du quotidien, la vie se rappelait à moi… Pleine de sens !

 

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire