Contre-Regards

par Michel SANTO

Fleur Pellerin: « Un ministre, en 2014 ou en 2015, n’est pas quelqu’un qui est payé pour lire des livres chez soi. »

Capture d’écran 2014-12-14 à 10.36.25Jeudi matin , sur France Info : «Un ministre, en 2014 ou en 2015, n’est pas quelqu’un qui est payé pour lire des livres chez soi. C’est vrai que c’est important, mais je pense que ce que les Français, les auteurs et les artistes attendent de moi, c’est que je défende leurs intérêts. Un ministre de la Culture doit défendre la culture et non sa culture.» Sur le fond, elle n’a pas tort. On ne demande pas au ministre des transports de savoir conduire un TGV, comme à celui de la Défense de piloter un Mirage. Mais à suivre son raisonnement on pourrait en conclure  que, pour défendre la Culture, il n’est pas nécessaire d’en posséder et d’en entretenir quelqu’une, la sienne ou celle que l’on présente en général comme commune. À sa décharge, il est cependant vrai que définir cette dernière par le nombre et la qualité de ses lectures , en ce temps de promotion et de défense des industries culturelles « Made in France » où tout est culture et ne comptent, dans tous les sens du terme, que leurs parts de marché, est d’un anachronisme ridicule pour tout esprit tendu vers le seul horizon du progrès et de la lutte contre les inégalités. Le  tort de madame Pellerin est d’avoir osé dire tout haut que le livre et Patrick Modiano, comme André Malraux, appartenaient au passé…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Flamant Rose enchainé

    |

    Merci M. Santo.
    Effectivement elle a tout simplement eu le courage de le dire.
    Mais elle prend un risque: qu’elle nous démontre que l’élite énarchique passe d’un porte feuille culture à réseau internet et vie et versa…
    N’est pas Malraux qui veut ou encore Beregovoy qui avant d’arriver à Matignon savait ce qu’était travailler en usine..

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Le risque, mais ce n’est plus un risque, c’est la réalité, est dans ma conclusion, à savoir que tout étant culture, une culture produite par nos industries culturelles, notamment et surtout audiovisuelles, le livre , la littérature pour être précis est renvoyée par notre ministre dans les ténèbres d’un passé, le mien, au mieux « aristocratique » au pire réactionnaire…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le Cabinet d'Art Particulier et "Les Grands Buffets Mécénat" exposent Patrick Chappert-Gaujal…

Le Cabinet d'Art Particulier et "Les Grands Buffets Mécénat" exposent Patrick Chappert-Gaujal…

        Louis Privat, le patron des « Grands Buffets » n’est jamais à court d’idées – il ne fait jamais rien comme personne ! Surtout quand il s’agit de promouvoir l’[Lire la suite]
Une intense lumière suffit à graver la vérité.

Une intense lumière suffit à graver la vérité.

              Dans le carnet de Marc Pautrel, chaque jour, trois phrases - parfois notes de travail, parfois journal intime -. (lien direct en[Lire la suite]
Narbonne, ville (d'art) et d'histoire !

Narbonne, ville (d'art) et d'histoire !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière :  "Narbonne, ville (d'art) et d'histoire !"       Lire aussi : l'étrange destin de l'Aspirateur en cliquant sur (ici) [Lire la suite]
Claude Lanzmann et Jean Cau, une amitié inaltérée…

Claude Lanzmann et Jean Cau, une amitié inaltérée…

        J’écoute le troisième entretien accordé par Claude Lanzmann à Laure Adler (À voix nues), diffusé sur France le 28/12/2005. Tout à la fin il évoque sa découver[Lire la suite]
RCNM ! Mais que cherche donc l’ex-président de la SASP du Rcnm, Bernard Archilla ?

RCNM ! Mais que cherche donc l’ex-président de la SASP du Rcnm, Bernard Archilla ?

      Que cherche donc l’ex-président de la SASP du Rcnm, Bernard Archilla, dont la démission a été  acceptée et confirmée, par son Conseil d’Administration, le 24 avril . Ma[Lire la suite]
Ainsi, aussi, nous "parlent" les bleus…

Ainsi, aussi, nous "parlent" les bleus…

    Hier, sur le coup des 17 heures, la plage était déserte (presque : quelques grands-mères retraitées et leurs petits-enfants l’occupaient) et le sable encore très chaud ; le vent pl[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :