Contre-Regards

par Michel SANTO

“Guerre” contre le climat ! le maire de Bize, notamment, face au PDG de Total, seulement !?…

 
Sans titre.jpg

Bize : les rues inondées © F.Guibal/France 3 pays Audois ; Total : illustration France Info (Villalon Richard/ MAXPPP)

 

Ce titre dans l’Indépendant : “Alain Fabre, le maire de Bize, face au PDG de Total”. Pour quels motifs ? C’est le plus gros émetteur de gaz de France et avec 13 autres de ses collègues, il lui a signifié que s’il ne respectait pas ses engagements de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, il l’enverrait devant les tribunaux. Et pourquoi ? Ses gaz produisent du réchauffement et des perturbations climatiques et Bize (et l’Aude) en subissent dramatiquement les conséquences : canicule, intempéries, inondations. Ciel ! s’étonne Pouyanné, le PDG de la multinationale française.  Qui civilement riposte, chiffres à l’appui : “En France, je respecte mes engagements, voyons ! “.  Nos apôtres (les 13) :  ” Évidemment, vous ne comptez pas le gaz extrait et produit dans le monde” ! Consternation du PDG : “Je ne peux pas refuser la demande de pays émergents, tout de même”. Le collectif des maires en “guerre”  pour le climat, choqué : “Vous devez respecter la planète, point !”. Autrement dit, et plus trivialement : “On s’en fout des pays émergents et de l’aspiration de leur peuple à vivre comme nous… Et on s’en tape que le départ de Total soit immédiatement compensé par  l’arrivée d’un concurrent américain ou Chinois.” Quant à l’existence même de Total ! Un détail à l’échelle de l’histoire du vivant ! Ben, voilà, on en est là dans la discussion publique sur la transition énergétique et sociale. Dans l’esbrouffe, l’inconséquence… et la démagogie. Si les adeptes de ce genre d’actions assumaient clairement et publiquement les conséquences pratiques de leurs propositions : restrictions sévères des libertés de production et de consommation par la norme juridique et/ou la fiscalité, mise au rebut de capacités industrielles non amorties (qui équivaudrait à des pertes de pouvoir d’achat collectif considérables), etc. , on leur accorderait au moins le crédit de l’honnêteté intellectuelle et politique… Mieux ! qu’ils les traduisent donc en programmes d’actions et les présentent, le moment venu, à leurs électeurs –– à tous les niveaux de notre administration publique : État et collectivités territoriales. Allez, osez Messieurs ! Mais Dieu qu’il fait chaud !

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    PICHON'

    |

    Bien et on fait quoi alors ?
    Si au nom de la réalité économique on ne peut plus ni rien faire ….ni même rien dire!
    Mais d’accord avec vous on aimerait que nos décideurs politiques locaux et nationaux prennent des mesures qui leur permettaient de pouvoir rester crédibles quand ils exigent d’autres qu’eux mêmes.
    Ainsi par exemple notre association( tres locale ) a exprimer l’idée d’un Dimanche sans voiture. Et bien du ministre aux députés contactés, aucun soutien ni même avis ou réponse. Seul le maire de notre commune nous a répondu qu’il en faisait dejà beaucoup pour l’environnement et la santé et qu’il ne pouvait pas même soutenir l’initiative ( ce que seul nous pouvions attendre á son niveau de décision )
    Pour ceux que cela intéresse et qui aimerait soutenir ( moralement ) notre action voici les liens vers deux articles qui illustrent notre démarche et concept.

    http://pap44380.over-blog.com/2019/02/un-dimanche-sans-voiture-a-pornichet.html

    http://pap44380.over-blog.com/sondage-

    Merci

    Reply

Laisser un commentaire