Contre-Regards

par Michel SANTO

Hier soir, sur TF1, une « nouvelle vie de François Hollande » sans aucun intérêt …

 

   

Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu’il faut pour un homme bien élevé, tout en retenu ; il tient et entretient sa forme. Cheveux toujours coupés de près, comme ses costumes ; le visage éclairé par un demi-sourire, une ironie à fleur de regard, il annonce le sujet principal de son édition. En exclusivité pour TF1, et visiblement ravi de son « coup » porté à la concurrence, une équipe « spéciale » a donc suivi François Hollande jusqu’en Corée du Sud où il donnait une conférence (rémunérée, sans insister cependant), nous précisait le bon Bouleau : « un reportage exclusif sur sa nouvelle vie ». Et d’apparaître dans la « boîte », le petit corps dodu et le poil fraîchement teinté de l’ancien président, monté sur une petite estrade devant un parterre d’Asiatiques, notamment, aux énigmatiques  trombines. On les comprend ! Les contrats aidés et l’ISF dont il fut question à un moment donné et sur lesquels « les envoyés spéciaux » insistèrent,  ne sont pas leurs préoccupations premières. Ils ont un « fou » en face, et des bombes nucléaires au-dessus de leurs têtes. Retour en France, ensuite, toujours en exclusivité, dans les bureaux de la Fondation du même Hollande, à Paris. Sur sa table de travail, un désordre soigné. Le téléphone y sonne sans arrêt, nous dit Bouleau. Il prépare un livre ; il veut témoigner ; rester dans l’histoire (et là, je retiens un léger fou rire) ; les siens, les autres, le ciel, la pluie, ses cravates (toujours aussi mal ajustées), son scooter, son parti, ses dirigeants, ses amours, ses livres…, nous assure Gilles (j’en ai rajouté un peu!), et tout, ou plutôt rien ne sera laissé dans l’ombre. Enfin, un inconnu de ses anciennement « siens » au micro, pour conclure, et « l’achever » : « il porte une grande part de responsabilité dans son échec ». Et si on passait à autre chose, comme suggéré, en effet. Les seules paroles sensées. Tout ça pour ça !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

    Plus on se rapproche des élections municipales, plus la réflexion collective, au sein du conseil communautaire de l'Agglo, comme chez les élus de la Ville de Narbonne, semble pro[Lire la suite]
Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

            Les touristes sont venus plus nombreux encore que l'année dernière dans le coeur de ma petite ville ; et nos élus de vanter l'excellence de le[Lire la suite]
Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

      Prenons date ! Didier Mouly l'assure dans "l'Indépendant" : la salle multimodale sera pleine 10 mois sur 12 : 300 jours par an. Remplie de quoi ? il n'en sait rien, mai[Lire la suite]
Un salon des seniors,  ricane la camarde…

Un salon des seniors, ricane la camarde…

        À l'exception de ceux de coiffure, ma petite ville n'est pas une ville de salons. Preuve en est son Parc des Expositions toujours vide – il ne fait le plein que p[Lire la suite]
Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

      J'apprends que les "croque-morts" publics ont tenu leur messe annuelle au Théâtre Scène Nationale. Ne pouvait-on pas trouver équipement plus adapté à cette honorable corpor[Lire la suite]
Les socialistes, pas tous, chantent "J'aime Narbonne !", alors qu'ils ne s'aiment pas entre eux…

Les socialistes, pas tous, chantent "J'aime Narbonne !", alors qu'ils ne s'aiment pas entre eux…

          Ces socialistes sont décidément impayables. Dimanche, par la voix d’Éric Andrieu, député européen et ancien premier secrétaire de la fédération de l[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :