Contre-Regards

par Michel SANTO

Informer !

 

 imgres-copie-22

 

 

 

Dans un précédent billet, je disais des journalistes qu’on en attendait un peu plus de distance et un peu moins d’objective complicité  envers les élus et leur façon de gouverner les collectivités, notamment, puisque j’y vis, dans le Narbonnais. Le lecteur que je suis, espérais le lendemain du vote du budget de la Ville ou du Grand Narbonne, autre chose qu’un empilement de chiffres pour preuve d’une parfaite objectivité. Des chiffres au demeurant totalement  incompréhensibles à celui qui n’est pas initié à la gestion financière d’une collectivité ! Mais et surtout des chiffres « conditionnés » par un « chapeau » qui, en réalité, contient le seul et vrai message susceptible de passer dans les cerveaux d’un lectorat piégé. Ainsi hier, en gros et en gras, pouvait-on lire ceci : « Au vote du budget, un taux de fiscalité stable sur le territoire » Ce qui est vrai ! Et « faux » tout à la fois, car le véritable message subliminal enregistré par le liseur pressé et peu informé de ces aspects financiers est en réalité : « chic, mes impôts ne vont pas augmenter ! » Evidemment inexact. En effet, pour que nos impôts restent stables il faudrait que leurs taux… baissent. La raison en est simple : les « bases de la fiscalité locale et intercommunales » augmentent en valeur chaque année, et ce naturellement si je puis dire . De sorte que le contribuable de Narbonne et du Grand Narbonne verra sa facture de taxe d’habitation ou de taxe foncière progresser de 1,8 % en 2013Il aurait pourtant suffit d’un «  titrage » plus tonique et disons plus équilibré afin d’escamoter cette entourloupe si communément pratiquée par les communicants, de gauche comme de droite, faut-il le préciser, et souvent reprise par des journalistes, j’en conviens, par des contraintes de bouclages, certainement trop pressés. Ou dans le corps de l’article apporter cette bien utile précision à de nombreux lecteurs par tous ces chiffres complètement dépassés. Est ce vraiment trop demander à nos journalistes de ne point, inconsciemment sans doute, nous abuser ?  

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    pibouleau

    |

    toujours tatillon Michou

    allons voyons tous les journaleux de l’agence de l’indep de Narbonne sont de nos jours sortis des écoles de journalisme

    et dans ces écoles on ne leur apprend pas le titrage, le sous titrage et les inter d’aération

    et puis arrete d’embeter ces petits avec ta déontologie d’un autre âge !

    continuez comme ça les petits (journaleux) la presse ne s’en portera que mieux

    signé : Quevedo

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :