Contre-Regards

par Michel SANTO

Jacques Bascou ne déménagera pas le Grand Narbonne pour l’installer dans une zone d’activités !

 

Siège du Grand Narbonne. Illustration : Passelac & Roques Architectes

 

Finalement, le Grand Narbonne ne quittera pas ses locaux du centre ville.  Heureuse nouvelle ! Pour quelles raisons ? Jacques Bascou n’en disant rien, je doute cependant qu’il se soit rendu aux arguments que j’avançais dans un billet du 11 décembre 2017 pour critiquer sa décision d’alors d’en transférer le siège sur le site de l’ex-CCi de Narbonne. Si j’en crois en effet l’article publié dans la presse locale, c’est le président de la Chambre de Commerce de l’Aude, Bernard Ballester, qui serait à l’origine de ce brusque revirement de stratégie immobilière. Mais peu importe, après tout, la sagesse, comme la Providence, façon de parler, prend parfois des chemins détournés pour se manifester par une inspiration qui place certains de nos élus dans des situations contraires à leurs premières intentions. Saluons donc le président Ballester par la grâce duquel (plutôt l’intérêt, évidemment !) Jacques Bascou et son conseil communautaire sont d’abord invités à rester où ils sont pour y réfléchir ensuite à une solution qui n’aggrave pas la situation du centre ville de Narbonne.

Extraits de mon billet du 11 décembre 2017 :

Certes les arguments qui plaident en faveur de cette opération ne manquent pas : étroitesse des locaux de l’actuel siège (celui de l’ancienne Banque de France); espaces peu fonctionnels etc.

De cela je ne discuterai pas pour plutôt mettre l’accent sur un point rarement évoqué dans ce genre de transfert d’activités de services : à savoir l’impact sociétal et économique sur des villes menacées par la dépression économique et sociale de leurs centres historiques. Narbonne, comme d’autres villes moyennes, est victime de ce phénomène consécutif entre autres à des politiques urbaines ayant favorisé l’implantion de grands centres commerciaux et de services à sa périphérie. Avec une exception cependant : la modernisation et l’extension de son hôpital in-situ (décision qui, a posteriori, fait figure d’exemple d’une grande modernité). À contrario, la polyclinique, elle, va déménager sur le zone d’activité de Montredon. Mais a-t-on mesuré l’impact de cette décision sur le centre ville et son économie générale ? Et s’est-on inquiété des investissements souhaitables sur ces lieux bientôt désertés, autres que les habituels programmes immobiliers ? La réponse est hélas dans la question […] Dans le même esprit, il est particulièrement regrettable que le magnifique site d’un ancien couvent situé dans le coeur de ville, antérieurement occupé par des services hospitaliers l’ayant déserté pour s’installer à la périphérie, reste désespérément vide. Là encore, pendant cette période de vacance, pourquoi ne pas en faire un lieu d’hybridation au service du développement économique et sociétal de la ville et de son territoire environnant…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Alphonse

    |

    Bonne nouvelle en effet parce que c’est cette équipe Bascouillarde qui est responsable de la chute de l’économie locale et de la perte de notre CCI . Michel ce n’est pas en restant dans une situation d’autarcie en bricolant nos structures internes , comme l’hôpital ou autre , que notre agglo connaîtra l’expansion. Il faut produire des richesses , inciter et encourager ceux qui sont capables d’en produire . Ce n’est pas avec les incompétents que nous avons à l’agglomération que nous pourrons y parvenir. Ce sont des schtroumpfs !

    Reply

  • thierry Camus

    |

    Pour une fois notre cher président d’agglomération revient sur une décision complétement imbécile . Cela me rappelle l’opposition des élus PS aux projet de la mediatheque et du parc naturel régional de la Narbonnaise , deux projets portés par Michel Moynier . J’en parle d’autant plus à mon aise que je n’étais pas de son bord à l’époque mais il n’était pas si mauvais que cela et je peux en témoigner car je fus directeur de Placemedia de 2005 à 2009 .

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

  Le Grand Narbonne a entrepris la promotion des « sports de glisse » sur son territoire et a décidé de soutenir financièrement des projets susceptibles d'accroître son potentiel naturel d'at[Lire la suite]
Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Place de l'Hôtel de Ville de Narbonne. (Office de Tourisme) Pour ceux qui doutaient de la candidature d’Alain Perea et de LREM aux prochaines municipales, à Narbonne, l’équivoque est levée. Une lis[Lire la suite]
La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

Le géographe Jacques Lévy est l’anti-Christophe Guilluy. Il met en avant l’ouverture à l’autre qui serait la marque des cœurs d’agglomération et montre que ce sont les contribuables des grandes vi[Lire la suite]
Madame Pinel et Monsieur Codorniou feintent la passe aux Valoisiens et retournent au PRG…

Madame Pinel et Monsieur Codorniou feintent la passe aux Valoisiens et retournent au PRG…

On n’est jamais déçu avec les radicaux de gauche. Sitôt partis rejoindre en catastrophe ceux de droite, en décembre 2017, en créant le Mouvement radical, social, libéral (…),*  au lendemain d’une [Lire la suite]
l'invraisemblable et ruineuse guerre de l'Arena de Montpellier entre C.Delga et P.Saurel…

l'invraisemblable et ruineuse guerre de l'Arena de Montpellier entre C.Delga et P.Saurel…

La société  d’économie mixte « Montpellier events », filiale de la Région Occitanie et de la Métropole de Montpellier  gère l’administration et l’exploitation de l’Arena et du Parc des Expositions[Lire la suite]
"L'espoir revient" !? avec ses militants rencontrés devant les Halles de Narbonne…

"L'espoir revient" !? avec ses militants rencontrés devant les Halles de Narbonne…

On l’oublie , mais Benoît Hamon fut le candidat choisi par les socialistes, les radicaux et une partie des Verts pour les représenter à la dernière « présidentielle ». Il était le candidat issu du[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :