Contre-Regards

par Michel SANTO

L’Europe sans voix ni stratégie.

  

 

 

 

Je voudrais, en prenant appui sur les révoltes populaires dans le monde arabe, sortir de mon « registre » habituel, si je puis dire ( encore que…), pour pointer le caractère obsolète du  » point de vue  » géopolitique et stratégique occidental. Un contre-regard qui s’inspire des travaux de Nathan Freier.

 

Commençons par ceci : «  Les  plus vraisemblables chocs futurs seront non conventionnels. Ils ne viendront pas d’avances foudroyantes d’armées ennemies. Ils se manifesteront plutôt d’une manière très éloignée des conventions traditionnelles établies. La plupart seront non militaires par leur origine et leur caractère, et non pas, par définition, des événements classiques favorables à l’emploi conventionnel des moyens du Département de la défense.

 

Cette réflexion, publiée en 2008 par le Strategic Studies Institute (SSI) est celle d’un lieutenant colonel américain, Nathan Freier, professeur à l’US Army War College.Il ajoutait, de manière assez paradoxale, que ces menaces pouvaient être corrélées à un dessein hostile ou pas. La seconde proposition étant la moins comprise et donc la plus dangereuse » (!!!)

Illustration et pertinence de son analyse :

 

1° «  dans le système international, certains Etats comptent plus que d’autres. Le fonctionnement stable d’un certain nombre de ces Etats est essentiellement important pour les Etats-Unis et leurs intérêts. La plupart d’entre eux représenteraient des dommages potentiels considérables s’ils venaient à succomber à une instabilité soudaine, catastrophique ou à se trouver en faillite. Ceci est vrai quelles que soient leurs dispositions préalables envers les Etats-Unis – amicales, bienveillantes ou neutres ”.

 

2°Leurs caractéristiques ? Soit qu’ils possèdent des armes de destruction massive, des ressources stratégiques et/ou une position géographique dominante, des populations proches des USA et susceptibles de migrer en masse, soit qu’ils puissent “ par une déstabilisation imprévue déclencher une instabilité contagieuse dans une région importante ” en étant “ des alliés clés ou des partenaires stratégiques ”.

Lire ces lignes aujourd’hui, à la lumière des révoltes imprévisibles qui ont fait tomber, en moins de deux mois, les deux régimes “amis” tunisien et égyptien, secouent le Yémen, la Jordanie, la Libye, Bahreïn, contaminent l’Iran et peut-être la Syrie, s’étendent en Afrique (Soudan, Djibouti (3), Algérie, Maroc) et inquiètent la Chine (4), est très éclairant. Pour les Etats-Unis mais aussi pour l’Europe, qui n’a pas de pensée stratégique unifiée sur les « menaces » potentielles qui pourrait l’affecter et qui n’a anticipé aucunement les événements actuels (rien n’était imaginable il y a moins de deux mois).

 

Qui en effet aurait pu imaginer un mouvement des populations civiles pour plus de liberté, pour une distribution des richesses plus équitable, moins de corruption, plus de possibilité de choix de leurs dirigeants. Bref, plus de démocratie…

 

Un mouvement dont l’ampleur n’est pas de nature à être dirigé ou contenu par une réponse militaire ou diplomatique unilatérale, même pas par une aide économique… Une “surprise géopolitique et  stratégique” inouïe qui remet en cause les plans et les rôles de chacun des Etats, sans exclusion. Qui explique aussi l’embarras de Washington et de l’Europe. Une Europe sans voix…

 

Qu’en sera-t-il de la suite ? La seule chose que l’on puisse en dire est qu’on en sait rien, et constater que l’envie de libertés secoue comme jamais les dictatures qui les écrasent. Et c’est tant mieux ! Restera-t-elle pacifique ? Quels régimes pour les faire vivre ? L’histoire est ouverte et rien ne garantit qu’un mouvement nourrit par l’esprit de démocratie ne finisse par accoucher d’un Etat qui, sous de nouvelles formes, place les libertés en régime surveillé. Voire pire… L’histoire de notre siècle en porte de nombreux témoignages…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Georges Roques

    |

    Que l’Europe soit sans voix et sans stratégie n’est pas très nouveau. Sauf dans le domaine financier-encore faut qu’elle émette des avis qui pourraient avoir que qu’importance.Dieu que la
    vie était belle quand il y avait un ennemi à l’est ! On cherche a remplacer cet ennemi bien identifié par un aute moins localisable et moins identifiable, le terrorisme et par le choc des
    civilisation (Hugtington). Mais où est actuellement passé Ben Laden ? Pourtant, les révoltes grondent un peu partout dans le bassin méditerranéen…et  dans des états amis de nos dirigants
    successifs! Cette aspiration à la liberté a surpris les inventeurs des révolutions que sont les EU et la France. On peut se poser sérieusement la question de la compétence de nos services de
    enseignements et diplomates ou de ceux qui les commandent. La question est d’autant plus grave que les guerres de demain ne seront pas celles d’aujourd’hui. Encore une fois, serions nous en reard
    d’une guerre ?

    Georges ROQUES

    Auter de « Paradoxes en Languedoc Roussillon »

    Reply

  • Michel Santo

    |

    D’autant que les déstabilisations d’ Etats ou groupes d’Etats peuvent avoir, comme en ce moment dans le monde arabe, d’autres causes que celles résultant d’offensives ou de menaces d’ordre
    militaire… ( catastrophes climatiques, écono, financières, mouvements massifs de populations, révolte populaire… ), avec des conséquences de tous ordres pouvant affecter les intérêts vitaux
    d’autres groupes d’états.

    C’est dire que la sécurité d’un pays doit prendre en compte tous ces paramètres. Elle ne peut plus être laissée seulement dans les mains des militaires.  Elle dépend désormais de
    nombeux autres facteurs… Et nous sommes, il est vrai , en retard d’une  » pensée stratégique  » adaptée au nouveau contexte géopolitqiue…,

    Reply

  • raynal

    raynal

    |

    Tout aussi sympathiques et justifiés qu’ils soient, ces mouvements qui suscitent dans nos pays occidentaux blasés et désillusionnés, une bouffée de romantisme révolutionnaire et de lyrisme, me
    paraissent devoir etre considérés avec circonspection et prudence.

    Combien de systèmes en de nombreux endroits, vit on s’établir qui s’avérèrent vite pire que ceux qu’ils venaient de remplacer ?

    Se souvient on, par exemple, du soutien enthousiaste de toute la gauche française a l’ayatollah Khomeini dans les années 70 quand il etait en france.

    Il l’a emporté, le shah est parti, la suite est sous nos yeux aujourdh’ui.

    Charybde et sylla attendent toujours au virage les imprudents et impénitents idéologues.

    Que t’en pense…Ami ? J’aimerai connaitre ton sentiment sur ce point.

    Michel, mon téléphone est le 04/68/93/48/65.(mais j’avais répondu a un mail ou tu me le demandais…Ne l’a tu pas eu ?)

    De toute façon, je t’appelle en début de semaine si tu ne l’a pas fait avant, je serais très heureux de te voir.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]
L’ardoise laissée par Sapin à Macron : 10 milliards à rembourser aux entreprises...

L’ardoise laissée par Sapin à Macron : 10 milliards à rembourser aux entreprises...

      Monsieur Piketty se répand dans tous les médias pour dire à quel point la réforme de l'assiette de l'ISF est une "faute historique", quand le sieur Sapin exige, lui, qu[Lire la suite]