Contre-Regards

par Michel SANTO

La claque des syndicats de Véolia.


Afficher l'image en taille réelle

« N
ous ne pouvons accepter qu’à des fins purement politiciennes, certains continuent à dénigrer notre Groupe au travers d’attaques personnelles contre son ancien PDG….Les représentants syndicaux des Organisations syndicales présentes au sein du Comité de Groupe France de VEOLIA ENVIRONNEMENT ne peuvent que dénoncer ce genre de polémique qui ne rapporte qu’à certains politiciens et aussi à certains concurrents économiques. »

Texte signé par tous les syndicats de VEOLIA, y compris la CGT. Un coup de tonnerre dans le mundillo médiatico-politique. Et qui renvoie les Bayrou, Hamon et d’autres, trop nombreux pour être cités (sans oublier l’immense cohorte des éditorialistes prétendument informés) dans le sac de politiciens prêts à tout pour tenter de conquérir quelques parts de marché idéologiques. Une chose était de critiquer la double rémunération de Proglio, ce que j’ai fait, une autre de contester sa légitimé à cumuler une fonction non exécutive chez Véolia et ses responsabilités opérationnelles à EDF. Un « cumul » motivé par la volonté des deux entreprises de nouer des partenariats stratégiques. Non seulement pour elles, mais aussi pour la France et sa filière énergie-environnement. Demain, (j’écris ce billet pendant que se déroule l’émission de TF1 : « Sarkozy et les français ») on ne pourra plus dire ou penser que les syndicats ont le réflexe nécessairement démagogique. Pour le coup, ceux de Véolia viennent de donner une sérieuse leçon à la gauche politique. Une leçon de sérieux. Sous la forme d’une claque qui devrait résonner encore longtemps dans l’arène politique. Comme celle donnée sur les fesses d’un cancre. Pour le sortir de ses rêves…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    phthoreux

    |

    Tiens, une fois n’est coutume, j’ai une appréciation sensiblement différente de la vôtre. Le salaire de M. Proglio paraît certes assez exorbitant mais il me semble moins problématique que le cumul
    des fonctions. Elles sous-entendent en effet une collusion entre EDF et VEOLIA, que rien ne justifie vraiment à mon sens, et qui risque de s’inscrire dans la course au gigantisme si préjudiciable à
    la bonne santé de l’économie de marché (cf mon dernier billet).
    Cordialement tout de même, et avec toutes ma sympathie pour vos petits billets acidulés, bien agréables à lire.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :