Contre-Regards

par Michel SANTO

La danse du scalp de l’UNEF et des Ex-UNEF du PS autour de madame El Khomri et de sa loi…

2048x1536-fit_ministre-travail-myriam-el-khomri-saint-ouen-5-novembre-2015

« Les anciens et les actuels dirigeants de l’Unef – principal syndicat étudiant et gros bastion de la gauche – ont prévu d’organiser une «grosse soirée», le 4 avril prochain, pour fêter leur dernière victoire politique d’importance : les 10 ans du retrait du contrat première embauche (CPE). » Info parue dans le Figaro! Ils espèrent aussi fêter, pour certain d’entre eux et non des moindres, le retrait de la loi El Khomri… Bruno Julliard, aujourd’hui adjoint à la maire de Paris, chargé de la culture, et Jean-Baptiste Prévost, conseiller au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, devraient en être. Caroline De Haas, ex-conseillère au cabinet de la même ministre, celle là même  qui a lancé la pétition contre la loi El Khomri, est vivement espérée. Toujours dans le Figaro, Marie-Estelle Pech, note que « le paradoxe des paradoxes revient sans doute à Nadjet Boubekeur. Jusqu’à la semaine dernière, cette ancienne chargée de communication de l’Unef, qui a connu le feu roulant du CPE, gérait la communication… de Myriam El Khomri et de sa loi sur le travail ! » Pour boucler cette danse du scalp, le président actuel, élu en décembre 2013, qui s’appelle William Martinet, est un proche de Pouria Amirshahi, ce député socialiste de la neuvième circonscription des Français de l’étranger, président de l’Unef-ID de 1994 à 1998, en pointe dans son combat contre la loi dite El Khomri. Comme son collègue frondeur Pascal Cherki, ex-UNEF lui aussi, qui sera de la « manif » du 9 mars, pour en demander le retrait…

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]