La démocratie n’aime pas les « Grands Hommes » !

 pantheon_c2ab-aux-grands-hommes-la-patrie-reconnaissante-c2.jpg

 
 

Contrairement à mes habitudes, je vous renvoie pour ce faire à la tribune de Brice Couturier de ce matin sur France Culture. En voici les premières phrases : « Les héros, les grands hommes, les fondateurs d’Etats, les législateurs à la Lycurgue et Solon n’ont pas bonne presse en nos temps démocratiques. La démocratie n’aime pas ceux qui s’élèvent au-dessus de la moyenne. Peut-être parce que les héros nous font singulièrement défaut, leur absence nous renvoie à la médiocrité de l’époque : elle ne suscite plus de vocations…

En réalité, nous oscillons constamment entre une histoire à la Plutarque, à la Carlyle, qui fait des grands hommes les modeleurs inspirés de l’aventure collective, et un déterminisme historique dans le style de Taine ou Mignet, qui attribue tout à l’enchaînement des circonstances, rien ou presque à la liberté créatrice des acteurs. Pour Thomas Carlyle, historien écossais, « l’histoire universelle, l’histoire de ce que l’homme a accompli en ce monde, c’est au fond l’histoire des Grands Hommes qui ont travaillé ici-bas. (…) Toutes les choses que nous voyons accomplies dans le monde sont proprement le résultat matériel extérieur, la réalisation pratique et l’incarnation des pensées qui habitèrent dans les Grands Hommes envoyés dans le monde » (Les héros).

Ce sont des idées qui nous paraissent bien datées aujourd’hui, et pourtant, elles ressurgissent comme malgré nous, lorsque disparaît une figure comme celle de Nelson Mandela. Alors, le culte des grands hommes, que nous pensions avoir répudié, revient comme malgré nous.

Dans le cas de Nelson Mandela, il faut tenir compte des tentatives de récupération politicienne. En France, les socialistes ont appris de François Mitterrand que la lutte contre un racisme – réel ou fantasmé – pouvait tenir lieu de programme de substitution, lorsque les idéaux du socialisme se révélaient hors d’atteinte… Mais enfin, l’émotion populaire, sincère, elle, témoigne de ce que la personnalité héroïque continue à susciter l’admiration, parmi un peuple qui, comme le nôtre, a parfois fait du culte des grands hommes un substitut à la religion : voir le Panthéon… »

Le reste de cette tribune, de l’émission et de la discussion avec Régis Debray est tout aussi passionnant !

 

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    IGTBB

    |

    merci d’avoir partager votre point de vue sur mon blog Mandela est finalement l’exemple que tout n’est pas perdu meme pour les grands hommes dans nos sociétés

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

  • Les Halles de Narbonne : « Plus beau marché de France ! »
                Je.6.2022 Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai : sa carte d’identité hexagonale. Et l’été, nous […]
    Aucun commentaire
  • Parfois un cyprès pousse en toi…
      Me.29.6.2022   9h30, devant la petite porte de l’ancienne entrée du cimetière de l’Ouest, cet admirable cyprès qui toujours plus haut par delà tout oubli s’élance et s’étire jusqu’au […]
    Aucun commentaire
  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    3 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
%d blogueurs aiment cette page :