Contre-Regards

par Michel SANTO

La journée du 9 mars anti El Khomri, une vraie journée de dupes…

   
648x415_myriam-el-khomri-visite-solvay-fevrier-2016

Myriam El Khomri en visite à Solvay, en février 2016. – KAMIL ZIHNIOGLU/SIPA

 

Quand même ! dans quel étrange pays vivons-nous. Des syndicats qui appellent à manifester contre un projet de loi El Khomri qui ne les concerne pas : la fédération CGT des services publics (fonctionnaires territoriaux),  Sud-PTT, une intersyndicale des praticiens hospitaliers, le Snes-FSU et CGT Éduc’action ; et d’autres d’entreprises du secteur public qui, comme par hasard, les rejoignent aussi dans la grève, ce même jour, mais sur des objectifs propres.Manifestants parmi lesquels, à l’appel de l’UNEF, on trouvera des cohortes d’étudiants en histoire, sociologie, psychologie, histoire de l’art et en lettres, notamment, qui, comme tout le monde le sait, sont destinés à oeuvrer un jour dans des entreprises du secteur marchand (et des PME en particulier), celles-là mêmes principalement visées par le projet de loi El Khomri… Pendant ce temps, les chômeurs, eux, jeunes ou pas, comme les salariés du privé qui enquillent CDD sur CDD, sans voix syndicales, les regarderont défiler.…

En réalité, ce projet de loi n’est qu’un prétexte qui cache mal, sous cette vague de contestation de la gauche au pouvoir par celle qui ne l’est pas, le rejet d’une « philosophie politique libérale », etc… Déjà, dans les AG d’étudiants, les débats ont mêlé critiques de la loi et discussions sur le féminisme, les migrants ou l’état d’urgence.

Cette gauche de la gauche ne peut plus masquer, en effet, sa véritable ambition : « faire la peau » du couple Hollande-Valls. Son pari ? La non-représentation du président de la République à la prochaine présidentielle ou, si son intention était d’y aller, de tout faire pour l’en dissuader. Un pari sur une défaite de toute façon programmée, en 2017, et sur une recomposition de la gauche autour des idées de ceux qui sont à la pointe de la critique politique et sociale de l’actuel gouvernement.

Dans ce contexte Hollande et Valls n’ont donc pas d’autre choix que de négocier le contenu de cette loi avec les syndicats « réformistes », la faire passer et gagner la bataille interne au sein du PS sur «leur ligne politique» ; l’abandonner (ce projet de loi) serait en effet suicidaire. Question : que restera-t-il de ce projet au terme de cette confrontation ?

Ainsi, se dessine en creux ce que pourrait être le champ politique des mois et des présidentielles à venir. À droite, des candidats aux primaires dont les programmes tournent autour d’une profonde réforme de l’Etat et d’une forte dose de libéralisme économique et social ; à l’extrême-droite, le repli identitaire : sortie de l’euro, fin de l’espace Schengen… et, à gauche, si ses adversaires, dans son propre camp, ne l’abattaient pas avant, le président sortant offrant une synthèse social-libérale… Dans le cas contraire, la gauche en général ne serait plus qu’un champ de ruines…

PS: Une éclipse solaire totale a eu lieu le . Son parcours fut uniquement sur l’océan Pacifique. À chacun la sienne!

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (7)

  • Avatar

    Laboca Gilles

    |

    Bien vu !
    Et qui a élu (mal élu) ce président socialiste arrivé par accident au pouvoir suprême ? Les mêmes qui sont dans la rue !
    Mais rêvons un peu et si ce projet mal ficelé de réforme qui ne satisfait pas grand monde, ce n’est pas non plus la panacée pour que La France reparte de l’avant et que la fameuse courbe s’inverse enfin, était l’hallali pour ce pouvoir qui a fait tant de mal, un mai 68 en perspective ?

    Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    Si tu t’engages dans la recherche de la cohérence de la démarche syndicale je crains que cela ne te mène vers la Terra Incognita

    Reply

  • Avatar

    Nanou

    |

    Les syndicats de la fonction publique sont tout à fait légitimes à appeler à manifester contre ce projet. Je rappelle que le statut général des fonctionnaires est très loin de couvrir toutes les situations professionnelles et que lorsque celui-ci n’est pas opérant sur tel ou tel point, c’est le code du travail qui s’applique AUSSI aux fonctionnaires. Par ailleurs, les syndicats de l’enseignement ou les fédérations fonction hospitalière sont légitimes à défendre leurs personnels qui ne sont plus seulement des fonctionnaires, mais de plus en plus souvent… des contractuels engagés sous contrat de droit privé !! Eh oui, il est bien loin le temps où vos chères têtes blondes n’avaient devant eux que des profs certifiés par des concours d’état… De plus en plus d’enseignants sont recrutés par interim ou sur « le Bon coin », payés au lance-pierre et sans protection statutaire quelconque… Seul le code du travail s’applique pour eux. Par ailleurs on le sait, le mal qui est fait au droit privé aujourd’hui et celui qui s’abattra sur les fonctionnaires demain, on ne compte d’ailleurs plus les mesures « d’ajustements » prises au nom d’une « uniformisation public/privé », bien sûr toujours à la défaveur des travailleurs, ces dernières années.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Vous dites : »Les syndicats de la fonction publique sont tout à fait légitimes à appeler à manifester contre ce projet. Je rappelle que le statut général des fonctionnaires est très loin de couvrir toutes les situations professionnelles et que lorsque celui-ci n’est pas opérant sur tel ou tel point, c’est le code du travail qui s’applique AUSSI aux fonctionnaires. » Et cela est Faux! les contractuels de l’Etat , et des collectivités territoriales… des trois fonctions publiques sont régis par le Droit Public et les différents avec leurs employeurs relèvent des tribunaux administratifs et non des prud’hommes. Pour ce qui concerne les Etablissements publics administratifs idem; et pour les établissements à caractère industriel et commerciaux seulement (RATP…) le droit privé, et encore pas pour tous… Et puis je ne vois rien dans l’actuel projet, qui ne restera pas en l’état, susceptible d’être introduit dans le droit public. Sauf évidemment s’il venait à l’esprit de je ne sais qui de modifier le statut de la fonction publique et des conditions de recrutement des fonctionnaires… Mais c’est une autre question et un autre débat qui n’a rien à voir avec ce projet…

      Reply

  • Avatar

    skalpa

    |

    Mais oui, vous avez raison, faisons des divisions…
    Permettons aux pauvres d’être encore plus pauvres et aux précaires de l’être encore plus…
    On pourrait également proposer aux enfants d’ouvriers de travailler dès à présent, puisque ce sont eux qui seront amenés plus tard à travailler dans de mauvaises conditions…
    Autant les habituer dès le plus jeune âge….
    Rappelez-vous des combats de la SFIO….
    Pour info, avez-vous déjà travaillé en interim, manutentionnaire, magasinier, ouvrier dans une usine?
    Et puis vous me faites rire, la « gauche » n’est-elle pas déjà un champ de ruines?
    Rappelons que si Hollande a réussi (de justesse) à être président ce n’est que par un réflexe anti sarkoziste primaire….

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Mon premier bulletin de salaire à 14 ans! Chaque vacance sur les chantiers : distributeur d’eau, derrière une bétonnière… Mais passons! Et puis il n’y a rien dans ce projet qui permette de fantasmer ainsi comme si c’était un retour au XIX siècle qui était programmé . Par contre , il faut davantage sécuriser et trouver un meilleur équilibre entre souplesse pour l’entreprise et sécurité pour les salariés. Je pense aussi qu’il faudrait taxer les cdd pour en limiter l’exercice, qui aujourd’hui sont à l’origine de situations de précarité insupportable … Par exemple !

      Reply

  • Avatar

    Nanou

    |

    M.Santo : si les fonctionnaires sont principalement soumis aux dispositions statutaires (le statut général et les statuts particuliers), il arrive que d’autres textes juridiques leur soient également applicables. Parmi eux figure notamment le Code du travail. S’il est censé concerner en tout premier lieu les salariés travaillant dans le secteur privé, certaines de ses dispositions s’appliquent également à la fonction publique. Par exemple, la réglementation concernant la santé et la sécurité au travail, le renouvellement du contrat de travail à durée déterminée, l’interdiction de consommation d’alcool sur le lieu de travail, la prise en charge de certaines allocations chômage par les collectivités territoriales, etc.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

      Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier, des martinets  signaient de noires arabesques. Plus bas, des hirondelles virevoltaient j[Lire la suite]
Mais qui parle enfin d'Europe !

Mais qui parle enfin d'Europe !

      Finalement l'Europe n'est pas le sujet de cette campagne électorale. Partis et Médias rejouent vainement la présidentielle. Et la seule question posée est qui de Macron ou [Lire la suite]
Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Aux aurores, fou rire, en apprenant que le Grand Narbonne, devenu « territoire d’industrie », alors qu’il n’en possède pas, se lançait dans une opération pilote : "adoptez deux poules et réduisez vos[Lire la suite]
Quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! Vraiment ? Non !

Quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! Vraiment ? Non !

          Quel titre, et quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! 100 millions d'euros pour dynamiser son territoire et ses industries. Vraiment ? Non, évidemm[Lire la suite]
Sans titre : des notes venues en vrac… Quoique !

Sans titre : des notes venues en vrac… Quoique !

    Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les deux militaires tués au Burkina Faso ont eu droit à un hommage national aux Invalides ce mardi 14 mai à 11 heures. Ils ont égalemen[Lire la suite]
On n'a jamais le dernier mot avec une page …

On n'a jamais le dernier mot avec une page …

  Passer une heure à écrire un billet. Le relire, corriger les fautes d’orthographe et d’accord ; chasser les clichés… Le publier. Puis sortir ; marcher à l’estime, sans plan ! En route, bru[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :