Contre-Regards

par Michel SANTO

La solitude profonde du chef de l’Etat…

  IMG_0499.JPG Dans Marianne, Régis Debray, avec son optimisme habituel, et à propos de la “présidence” Hollande, se demande s’il faut en rire ou en pleurer. Pire me semble-t-il est l’indifférence bouffie de ressentiment et de colère envers le chef de l’État jusque dans les rangs de ses derniers fidèles: les 3% dont font état les sondages. Quant à sa majorité parlementaire, elle se déchire tous les jours sous nos yeux et ses plus proches amis politiques eux-mêmes commencent à douter de sa capacité résiduelle d’action. Ne lui reste donc plus que le bouclier des institutions pour durer jusqu’à la fin de son mandat. Un bouclier qui cependant le condamne à l’immobilisme. L’abandon de l’éco-taxe et celui qui semble advenir du barrage de Sivens sous la pression de la rue sont la manifestation la plus récente et la plus évidente du défaut d’autorité du premier chef du couple exécutif . Défaut d’autorité, comme sous le mandat de Nicolas Sarkozy, à l’origine de la situation économique et sociale dans laquelle se trouve le pays. Comment engager en effet les réformes de structures qui s’imposent au pays sans esprit de décision et conduite ferme dans leur réalisation? Dans un océan “agité” on demande au capitaine d’un tanker à la dérive d’assurer fermement son cap pour le conduire à bon port, pas de jouer avec les nerfs de son équipage…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Ingrid

    |

    Vous savez Michel,
    entre nous, quels sont les gouvernants qui n’ont pas reculé ?
    Du CPE au dossier retraite…

    Et puis nous vivons une époque où tout se délite, où le respect se recherche comme une aiguille dans une meule de foin.

    30 années en arrière, si les gens n’en pensaient pas moins, encore respectaient-ils la fonction.
    Là plus rien.
    Et ils se taisaient.
    Il n’écrivaient pas de livres pour arrondir leurs fins de mois, avec des off et des ressentis.

    *

    Un petit exemple qui en dit long :
    l’autre jour je téléphone au secrétariat d’un médecin, pour annuler mon RV suite à un contretemps, la secrétaire s’est pliée en remerciements, me précisant que c’était tellement rare. Etonnez-vous que la jeunesse n’ait souvent pas d’éducation ni de valeurs minimales, avec de tels parents qui ne savent pas vivre.

    Hollande vit dans cette société où les garde-fous ont craqué de tous côtés…
    Pire, il est même le punchingball de tous, car à la tête du Pays qui vit depuis 20 ans dans une tourmente qui augmente de façon exponentielle, tout comme chez nos voisins Italiens, Anglais, Grecs, Espagnols également aux abois.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bonjour Ingrid! J’ai vécu la même situation avec la secrétaire de mon dentiste, mais aussi quand j’enseignais à l’Université de Perpignan. Figurez vous que le secrétariat de la dite Université n’en revenait pas que je l’informe que je ne puisse donner mon cours, que mon amphi était de ce fait libre et qu’il pouvait et devait en informer mes étudiants… J’étais, à leur dire, une heureuse exception! Bon, à part ça il y aussi des exceptions en matière de gouvernance et de conduite des réformes, en Europe et ailleurs : les pays du Nord de l’Europe évidemment , mais aussi le Canada où est en voyage d’affaires, en ce moment, Hollande …

      Reply

  • Avatar

    Eric AKAFFOU

    |

    Le problème, je pense, c’est que la France est ingouvernable. Et je le dis en récitant La Fontaine, “Les grenouilles qui demandent un roi”

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël aussi. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond "musical[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :