Contre-Regards

par Michel SANTO

Laïcité et accompagnantes (ou accompagnants) scolaire : il est nécessaire de clarifier leur “statut”…

       

La polarisation sur le seul voile pour les accompagnantes scolaire est une faute stratégique. La question centrale est en effet celle de la neutralité dans cet espace-temps scolaire. Imaginons que demain, dans le contexte d’aujourd’hui où le droit est des plus élastiques, une accompagnante ou un accompagnant se présente devant des élèves en arborant un signe politique quelconque (la flamme du RN, la faucille et le marteau, les logos des différents partis) et largement visible surtout ; une croix en bois d’une dimension conséquente ou toute autre fantaisie vestimentaire ou décorative promotionnelle d’un engagement politique et/ou religieux. Rien donc ne pourrait l’interdire, au motif que cette personne serait « un usager du service public », selon le Conseil d’État, et dès lors exonérée de se plier aux exigences de la laïcité ? Le débat sur les sorties scolaires et les accompagnants ne se limite donc pas au seul voile ; s’y restreindre est entrer dans le jeu, et sur le “terrain”, de ceux qui veulent en faire la promotion dans l’espace-temps scolaire. Tout signe distinctif politique et ou religieux devrait donc en être exclu. On éviterait ainsi tout procès en stigmatisation des femmes voilées accompagnante tout en étant parfaitement cohérent avec l’esprit des principes régissant nos lois laïques.

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (7)

  • Avatar

    Xavier VERDEJO

    |

    Bonjour,

    Au-delà du “fond”, une simple remarque: il est assez déplaisant que les seuls exemples politiques que vous donnez soient le RN et le PCF. C’est la porte ouverte à beaucoup d’interprétations!

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Mais ! : “(la flamme du RN, la faucille et le marteau, les logos des différents partis : LR, PS, LFI etc.) et largement visible surtout ; une croix en bois d’une dimension conséquente”

      Reply

      • Avatar

        Xavier VERDEJO

        |

        Vous trichez, M. Santo, vos guillemets sont abusifs! Je n’ai pas lu “LR, PS, LFI, etc.” Je persiste! Vous évoquez bien les “différents partis” mais vous n’en citez que deux…

        Reply

        • Michel Santo

          Michel Santo

          |

          Relisez donc, monsieur Verdejo !

          Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    Et pourquoi pas un ou une adepte du nudisme, ou un ou une sataniste.
    On peut interdire le port du maillot dans les rue des villes balnéaires, bien qu’il soit autrement moins revendicatif que le voile islamique

    Reply

  • Avatar

    Dumas Michel

    |

    C’est bien là le débat. C’est bien là l’ambiguïté.
    Si nous revenions aux textes fondamentaux qui composent notre bloc de constitutionnalité, qui, lui même, encadre notre vivre ensemble laïc (déclaration des droits de l’Homme et du citpyen de 1789, le préambule de la constitution de 1948, la constitution de 1958, la charte de l’environnement), nous comprendrions très clairement l’ambiguïté portée par l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, que ne lève pas la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat:
    je cite :”Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi “PAR LA LOI”.
    Or, certaines loi conduisent parfois ou conduiront ou ont conduit à des troubles de l’ordre public, par la manifestation contraire aux principes républicains, enkistés dans la mémoire collective des citoyens ( 39/45)
    Aujourd’hui, la loi de 2014, pour n’avoir pas été suffisamment précise sur l’étendu du domaine public de l’éducation lors des sorties scolaires, pour avoir reconnu le voile comme prosélyte dans les écoles, les collèges et lycées, mais pas dans l’espace public, nous avons un débat sans fin, qui détruit le vivre ensemble et raidit les communautés, voire les dresse les unes contre les autres.
    Jusqu’où?
    inquiétant non?.

    Reply

  • Avatar

    MARTINEZ

    |

    C’est l’ambiguïté des textes qui crée en effet les problèmes. En. l’absence de directives précises l’ordre périclite et c’est ainsi qu’une société se défait

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques…

L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques

          L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques — au mieux les trois à la fois — pour persévérer dans son [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

      Jeudi dernier, notre Alphonse, qui se présente modestement, à lui tout seul, sous l'étiquette "Je suis Narbonne", nous invitait à trinquer "en toute convivialité" dans [Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise dans une boulangerie-pâtisserie du centre-ville : "Bande de cons !"

Scène de la vie narbonnaise dans une boulangerie-pâtisserie du centre-ville : "Bande de cons !"

      Lundi 11 novembre, il est 16h 45, j’entre dans la boulangerie-pâtisserie Maury située dans le centre-ville et me range dans la file d’attente. Devant moi, deux dames pa[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :