Contre-Regards

par Michel SANTO

L’Aude saturée d’éoliennes, mais nos élus en veulent toujours plus ! | Contre-Regard.com

le-parc-de-salles-curan-compte-deja-vingt-neuf-eoliennes_883127_667x333


« En visuel, l’Aude commence à se couvrir d’éoliennes ». C’est le constat fait par le préfet du département ¹. Irréfutable ! Deux chiffres en attestent : l’Aude, c’est en effet 35% de la puissance régionale (Occitanie) et 56% de l’ex Languedoc-Roussillon.

Des parcs installés dans une totale anarchie, sans plan ni schéma régional pour les répartir de manière cohérente et équilibrée, avec pour seules contraintes une règlementation absurde qui laisse aux seules communes le pouvoir d’initiative d’en implanter ou pas; alors même que la compétence « économie » relève des intercommunalités ! Bref,  l’Aude étant le département le plus venté de la région, c’est la course à la « bonbonnière » qui a prévalu : pas un maire qui ne veuille ses moulins à vent pour amasser des euros. À tout prix ! Que des paysages soient défigurés, des riverains perturbés, des espèces menacées… ne comptent pas. L’argent « entre » dans les caisses communales et le reste, c’est-à-dire l’essentiel qui fait la beauté d’un site, par exemple, relève du détail, du superflu, de l’inutile. Voire de l’encombrant ! Et puis quoi, la beauté n’est-elle pas une notion toute relative ? Et les paysages des « constructions historiques » ? Et comment pourraient-ils faire le poids quand, à la veille d’élections importantes, un député sortant met toute son influence dans la balance pour obtenir l’aval de l’État afin que soit installé à Sambrès le plus grand parc éolien d’un département déjà sur-équipé ?  Cette logique essentiellement mercantile de nos élus – disons le tout net : ils se moquent comme d’une guigne de la transition énergétique et des énergies renouvelables – me rappelle celle qui les poussait jadis à « pourrir » leurs abords de villages ou leurs entrées de ville en les tapissant de lotissements d’une laideur proprement  insupportable. Là encore, il s’agissait de faire entrer de la taxe d’habitation dans les caisses municipales. De sorte qu’au train où vont les demandes de nos édiles en faveur de ces « investissements », ce département va finir par être classé parmi les plus moches de la région. Surtout si demain venait à leur esprit l’idée d’en finir avec la vigne afin de promouvoir des champs de panneaux solaires…

¹ Article dans l’Indépendant en PDF (ici)


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Anna

    |

    Avignonet (en Haute-Garonne mais à la limite de l’Aude) a eu, en 2014, les honneurs du magazine Le Point, dans un numéro consacré à »ceux qui massacrent la France » pour son horizon barré d’éoliennes et son champ de panneaux photovoltaïques. Les jours de brouillard on peut rêver à ce que fut ce village, haut-lieu du catharisme. Mais je reconnais que les chaussées et les trottoirs de la commune sont en excellent état !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Plan "Action Coeur de Ville " : Y'a plus personne à filmer !

Plan "Action Coeur de Ville " : Y'a plus personne à filmer !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Plan "Action Coeur de Ville " : À Narbonne, Malquier est prêt !"         Vous pouvez agrandir l'image en cliqua[Lire la suite]
Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

        À Narbonne, comme dans une trentaine de villes moyennes (dont Béziers, Carcassonne, Perpignan etc.), plus d’un quart des jeunes ne sont pas insérés (contre 14[Lire la suite]
Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Vialatte)

Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Via

        "Il ne faut jamais mettre un homme, sans un entraîne­ment progressif, en face d’une situation qui l’oblige soudainement à réfléchir à plusieurs choses. Le san[Lire la suite]