Contre-Regards

par Michel SANTO

Le  » bon  » Guéant, les brutes et les truands…

 

 

 

images-copie-7.jpeg

 

 

Au train où vont les affaires d’Etat, je tiens à le préciser ici, j’ai adressé à la rédaction du « Canard Enchaîné », ainsi qu’à celle de tous les médias écrits, radiophoniques et télévisuels, sans oublier les services de polices et judiciaires compétents de notre République exemplaire qui se présente tous les jours ou presque comme le phare universel de la société des Nations, les preuves que je réside bien à Narbonne et non en Malaisie, que je n’y exerce d’autres activités que la cueillette des asperges sauvages, que ma pension de retraité est virée sur un compte bancaire du Crédit Mutuel et que je n’ai jamais acheté de tableaux au Sieur Claude Guéant, ancien Ministre, envers lequel, j’insiste, je n’ai rien d’autre à voir que le paiement d’une contravention au demeurant salée mais régulièrement soldée par l’achat de timbres officiels achetés à un cours qui l’est tout autant chez un buraliste de mon quartier prêt à témoigner sous serment dans les plus brefs délais. J’ajoute, pour qu’il n’y ait pas l’ombre d’une ambiguïté usuellement pratiquée par des gens de métier comme Monsieur Guéant, qui jadis, faut-il le rappeler, pourchassait les brutes et les truands, que la croquignolesque défense de ce spécialiste en entourloupes est d’un tel ridicule que je me sentirais blessé d’être assigné devant les tribunaux pour l’avoir couvert d’un silence, en l’espèce, si je puis dire, complice . Enfin dire ma confusion et ma honte à mes amis espagnols devant ce spectacle quotidien de grands élus pris les mains dans une paella républicaine garnie de poulets, de petits pois et d’oseille, qui porte au comble l’exaspération des aficionados de ce noble plat abusivement présenté par d’inconvenants journalistes comme la métaphore d’une France d’élites en pleine décomposition morale et intellectuelle.  Nota Bene : le ciel est bleu et la température clémente, je m’en vais de ce pas prendre l’air. Dans la Clape, pas en Suisse !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • pibouleau

    |

    Brutal comme réaction !

    …mais tellement vrai. Comment dans ces conditions ne pas preter une oreille attentive au slogan : TOUS POURRIS. Ecoeurant et le Guéant ridicule avec sa vente de tableaux d’un illustre inconnu a
    un prix prohibitif. Il a de la confiture jusqu’aux oreilles et il continue à nier, à ne pas en croquer !

    Reply

  • Michel Santo

    |

    Une amie dont j’apprécie le jugement trouve mon billet   » à mourir de rire  » et sa forme élégante…, et incisive; pas brutale . Ce qui correspond assez à ma manière, non Pib ?

    Reply

  • pibouleau

    |

    Ah Michel tout a fait

    ce billet cé du Santo pur jus au leilleur de sa forme

    comme je l’apprécie d’ailleurs

    mordant allié a humour c’est dévastateur

    je ne peux que te feliciter

    Reply

  • Michel Santo

    |

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]