Contre-Regards

par Michel SANTO

Le Canal du Midi enfin classé par l’État, mais toujours menacé de déclassement par l’UNESCO…

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Si le canal du midi a été classé, heureusement, au titre de patrimoine mondial, par l’UNESCO, en 1996, ce n’est que depuis le 25 septembre 2017, malheureusement, qu’il figure désormais dans la liste des sites et des paysages protégés par l’État Français (décret du 27/09/2017 : ici)Il aura donc fallu 21 ans pour que les pouvoirs publics se donnent enfin les moyens juridiques (les budgets attendront !) pour concrétiser l’engagement pris par la France auprès de l’Unesco de préserver cet écrin paysager et patrimonial. Les raisons d’un tel « retard » ? L’opposition des élus de tout bord aux conséquences juridiques et politiques de ce classement : limitation de leurs pouvoirs d’affectation du foncier et de gestion de leur patrimoine bâti sur la zone tampon de 500 mètres de part et d’autre du canal, notamment ; celle des représentants du secteur agricole et de toute une ribambelle d’autres acteurs socio-économiques ; une dilution des responsabilités dans un millefeuille territorial composé de cinq départements, de centaines de communes et de dizaines d’intercommunalités (communautés de communes et d’agglomération ; un établissement public : Voies Navigables de France (VNF) financièrement à sec et dont la compétence se limite au transport…  Des obstacles loin d’être levés qui ont conduit le Préfet de Région, à la suite du décret du 25/09/2017, à proposer une « charte paysagère, architecturale et urbaine » afin de définir les orientations en matière de gestion et de valorisation des espaces agricoles, forestiers ou viticoles, des patrimoines naturels et bâtis des abords du canal. Son contenu, nous dit-il, «sera co-construit avec les acteurs du territoire : élus, représentants de la profession agricole, autres acteurs économiques, etc. Le premier volet concernera l’agriculture et sera conclu d’ici le printemps 2018 ; les volets urbains et périurbains, puis forestier… devraient suivre. On imagine d’ici le temps et l’énergie qu’il va falloir déployer pour établir cette charte (qui devra préalablement être soumise à la validation du ministre chargé des sites avant d’être exécutoire.) ; alors même que l’évaluation par l’UNESCO est prévue en 2019… C’est dire que plane au dessus de ce canal aux abords environnementaux particulièrement dégradés (pollution, chancre coloré…) et doté d’un écosystème politico-juridique dépourvu d’outils juridiques et financiers efficients, une sérieuse menace de déclassement. Le temps presse ! Il s’agit de rattraper celui perdu pendant 21 ans !

Lire aussi dans « Contre-Regards » :

  1. Petits arrangements politiques autour du Canal du Midi (cliquer sur ici)
  2. Pour le classement du Canal du Midi (cliquer sur ici)
Et dans « Dis-leur.fr :
  1. Canal du Midi : berges et paysages bientôt classés (ici)

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Salle multimodale : "Quand les architectes bâtisseurs s'inspirent de la Nature" !

Narbonne ! Salle multimodale : "Quand les architectes bâtisseurs s'inspirent de la Nature" !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Quand les architectes bâtisseurs s'inspirent de la Nature"           Vous pouvez agrandir l'image en cl[Lire la suite]
Louis Mexandeau "traité comme un fraudeur" se déshonore en s'indignant !

Louis Mexandeau "traité comme un fraudeur" se déshonore en s'indignant !

Certains jours, il ressemble à une chimère sortant d’une friperie chic du 8eme arrondissement (un combiné, un fondu de Bruant et Mitterrand). « Moi, ancien ministre de Mitterrand, j'ai été traité com[Lire la suite]
Salle multimodale de Narbonne ! Premier match (et nul) devant le Tribunal Administratif !

Salle multimodale de Narbonne ! Premier match (et nul) devant le Tribunal Administratif !

      Bien ! disons les choses simplement : le tribunal administratif de Montpellier considère qu'il n'y a pas lieu de suspendre la décision d'attribution du marché de la sal[Lire la suite]