Contre-Regards

par Michel SANTO

Le clivage centre-périphérie n’explique pas tout du mouvement social des « gilets jaunes »…

 

     

Je lis ici où là qu’avec ce mouvement des « gilets jaunes », beaucoup découvriraient une France aux niveaux et modes de vie profondément différents, voire très opposés (ah bon !) ; et que cette colère sociale s’expliquerait d’abord par un clivage urbain, sociologique et social : métropoles/ France périphérique. J’ai même lu, en complément, que le problème de la France n’était pas seulement  celui de ses « élites », mais celui d’un groupe social métropolitain et central, diplômé, représentant 25 à 30% de l’électorat, « qui aurait décidé que seule sa façon de vivre était la bonne et que les autres, bouseux, étaient des ploucs voués à la disparition et donc à l’abandon. » (Analyse de P. Guibert sur Facebook) Bref ! une version imagée de la thèse, devenue célèbre et cliché journalistique, du géographe Christophe Guilly. Mais une présentation des conflits de classes devenus territoriaux, qui ne me semble pas du tout résister à l’observation empirique de la réalité urbaine et sociale, celle qui fait mon quotidien régional en tout cas. En effet, pour me limiter au seul ex-Languedoc-Roussillon et à ses territoires, je remarque surtout, de façon très empirique, certes, que ce groupe social métropolitain, aisé et diplômé (dominant dirait d’autres) loin de vivre dans des « centres », réside plutôt dans leurs plus ou moins proches périphéries (maison quatre faces avec piscine !), tandis que les vrais foyers de pauvreté, eux, se trouvent dans les centres des villes moyennes, comme dans ceux des métropoles et le rural profond. Là se trouve, dans ces centres, la France qui souffre vraiment : celle des précaires, des familles décomposées ; celle du chômage et de la vie dans des taudis ; celle que personne ne veut voir et qui ne se déplace pas ou peu. Le clivage centre/périphérie comme recoupant celui entre « riches » et « pauvres », pour utiliser des termes un peu triviaux ne me semble donc pas totalement pertinent pour penser les conflits sociaux en général et celui des « gilets jaunes » en particulier. Ce qui, par contre, ne fait aucun doute est que ce dernier mouvement a-partisan a mobilisé surtout la partie des couches moyennes (employés, artisans, fonctionnaires…) située en bas de l’échelle des revenus de son groupe, celle qui « payent des impôts » et ne bénéficie pas ou peu de revenus de transferts… , mais qui n’est pas cette France des oubliés (celle des « centres ») que nous présentent complaisamment pourtant commentateurs et hommes politiques

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (6)

  • Avatar

    cetace_jovial

    |

    eh ben ça n’interesse pas grand monde votre article….

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Vous avez les statistiques : le nombre de vues ? ? vous seriez désagréablement surpris ?

      Reply

  • Avatar

    Anna

    |

    Pour animer un peu le débat je noterai que le clivage métropoles-périphérie de C. Guilly ne recouvre pas le clivage centres villes-périphérie. La périphérie dont il parle c’est par exemple l’ex pays minier du Nord-Pas de Calais, villes et campagnes comprises (avec en prime le Louvre-Lens). Et l’abandon de nos centres de villes moyennes dans le Midi renvoie également à cette idée de périphérie. Castelnaudary, Carcassonne, Narbonne, c’est la France périphérique dans un des départements les plus pauvres d’ailleurs. Ce qui n’empêche pas qu’y vivent aussi des gens aisés. L’idée de départ de C. Guilly était que la France à l’abandon n’était pas celle des grands ensembles plus ou moins mal réhabilités avec force argent mais une France à l’écart dont on ne parle ni se soucie. Celles des territoires en déclin par opposition aux métropoles ( qui ont aussi leurs poches de pauvreté voir les quartiers dits sensibles de Toulouse) et à leurs banlieues de moins en moins riches à mesure qu’on s’éloigne de la ville.

    Reply

  • Avatar

    cetace_jovial

    |

    Je vous chambrai ! je sais qu’avec WordPress vous avez accès aux stat ! c’était juste par rapport aux nombres de commentaires, d’habitude il y a pléthore…Bien Cordialement.

    Reply

  • Avatar

    Michel Dumas

    |

    En effet, le clivage centre-périphérie n’explique pas tout, il explique même rien.
    Selon moi, et çà peut faire l’objet d’un débat,il n’y a pas clivage.
    S’il existe bien un ras le bol général indéterminé, lié pour l’essentiel à un manque d’explications préalables sur les transformations impératives du pays de la part du gouvernement, existe aussi, de manière sous-jacente un ras le bol d’une démocratie qui ne fonctionne pas pour 60% de la population.
    En effet , les présidentielles ont montré qu’entre abstentionnistes, votes blancs ou nuls et votes contres 60% de la population n’était pas représentée à l’assemblée.
    Même si le Sénat réduit cet écart, les citoyens concernés ont le sentiment de n’être jamais entendu.
    Alors ils se font entendre dans la rue à la première occasion. L’augmentation des taxes en est une.
    S’ajoute à ce grognement, le fait que certains partis non représentés proportionnellement contestent publiquement le résultat démocratique et l’incendie peut prendre.
    S’ajoute en sus, la position d’une équipe gouvernante qui ne tient pas compte de cette fragilité « constitutionnalisée en 1958 » dans ses prises de décisions pour que tout explose (cf la fracture sociale de Chirac).
    Certes je m’échappe du clivage originel, mais ce clivage là me fait très peur.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      C’est entre les raisons pour lesquelles j’ai écrit que ce mouvement était la réplique sociale de la présidentielle. Un mouvement qui mobilise pour l’essentiel les abstentionnistes du premier tour et les extrémistes de droite et de gauche…
      Dans l’analyse il faudrait aussi prendre en compte les effets de la révolution numérique sur l’industrie des médias (instantanéité, recherche du maximum de clics pour conquérir des parts de marchés publicitaires etc) ; ses effets aussi sur le rapport au politique et sur les formes à mon sens obsolètes de la représentation de la « volonté générale »….
      Bien cordialement !

      Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :