Contre-Regards

par Michel SANTO

Le sens de l’honneur n’est plus de ce monde, comme en témoigne Robert Bourgi !

     

   

Robert Bourgi  est cet “avocat” en affaires douteuses auquel Nicolas Sarkozy a remis les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur. Il se présente aujourd’hui dans tous les médias (qui se l’arrachent : c’est un bon client ; gras, vulgaire et au profil de “porteur de valises”, il balance et menace ses propres “amis” politiques) en “tueur” de Fillon. Ses costumes à plus de 6 000€ (et autres pulls en cachemire…) offerts au candidat de la droite lors de la dernière présidentielle, n’étaient, à l’en croire, qu’un piège ourdi par lui à la seule fin de pouvoir l’exécuter en pleine, et rase, campagne… C’est lui qui aurait fourni les pièces à conviction aux journalistes, se vante-t-il ! Ses raisons ? Fillon dénigrait son “ami” Sarkozy. Un argument aussi médiocre et ridicule que ce personnage hâbleur et sans scrupules, qui reçut pourtant les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur des mains de l’ancien Président de la République. Un petit ruban rouge à la boutonnière à la veste de ses costumes, il “tue” donc un peu plus chaque jour le peu de dignité qu’il reste encore à ce pauvre  François Fillon. Et en jouit vilement sur les ondes et plateaux de nos médias nationaux en compagnie d’une gent journalistique qui , toute honte bue, s’en repaît ! C’est sans doute ce que ce Maître (il se fait ainsi nommer) et Chevalier appelle avoir le sens de l’honneur, et ses partenaires de tribune celui de la vérité. Un “spectacle” démocratique qui me fait hésiter entre fou rire et désespoir, tant ce Bourgi et ses comparses me semblent incarner l’irrémédiable perte de valeurs “aristocratiques”, comme ce refus de ce qui est bas et vulgaire, ce souci de l’image idéale qu’on en de soi qui permet de s’arracher au monde et de s’élever au dessus des contingences de la vie. Et qui manquent douloureusement à nos sociétés de consommation individualistes et matérialistes…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    rogiez

    |

    Merci de faire clôture urgent

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Je ne comprends pas votre commentaire. Désolé !

      Reply

  • Avatar

    Ingrid

    |

    Michel,

    Vous voyez, j’hésite pour dire lequel des 2 est le plus vulgaire…

    Bonne fin de soirée.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Ils se tiennent par le même revers de veste en effet !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :