Contre-Regards

par Michel SANTO

“L’espoir revient” !? avec ses militants rencontrés devant les Halles de Narbonne…

On l’oublie , mais Benoît Hamon fut le candidat choisi par les socialistes, les radicaux et une partie des Verts pour les représenter à la dernière « présidentielle ». Il était le candidat issu du Ps, comme le sortant ; le candidat d’un Parti qui offrit deux présidents à la République et qui fit royalement un catastrophique 6%. Avec lui, toute la gauche de gouvernement a sombré dans la ruine et l’ennui. Il serait injuste de lui faire porter seul la responsabilité de ce naufrage. Les courants de l’histoire et ceux de ses amis le condamnaient. Depuis, ne restent de cette ancienne gauche que de fragiles voiles flottant  sur les eaux agitées de la politique nationale. Benoît Hamon, lui, a tiré les siennes,  s’est mis à son compte et changé de cap. Je pensais à cette brutale séquence historique, ce matin, sur le parvis des Halles, en discutant avec des militants de « Génération.S le mouvement » restés fidèles à Benoît Hamon. Ils distribuaient leurs tracts exposant leur programme pour les élections européennes du 26 mai, le passé oublié. Celui de l’histoire locale et de leurs anciens engagements aussi. Rebâtir ici et monter une liste citoyenne, nous le ferons, me disait Nathalie. « En dehors des Partis et de leurs faux-nez… » Citoyenne, humaniste, mais à gauche tout de même, elle sera ! “L’espoir revient” est son mot d’ordre : il figure sur ses tracts. Sur fond vert ! Je ne compte plus les listes et les désirs d’avenir, de ce côté-là, dans ma petite cité. On dit pourtant que les élus ont le moral en berne ! Et si la Gauche y est fragmentée, comme au plan national, Nathalie et ses amis n’en ont cure. Sans moyens, avec un mégaphone, “ils iront” ! C’est Benoît – tiens donc, je n’avais pas remarqué cette coincidence – un jeune chef d’entreprise avec qui je bavardais sur ce parvis, qui m’a présenté à ces militants. Lui aussi, comme d’autres, cherche une voie pour qu’on l’entende…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio