Contre-Regards

par Michel SANTO

l’État “nounou” : il fait chaud, il faut boire ; bien s’habiller…

  catalog-cover-large.jpg    

Il fait chaud ! Très chaud ! Et me l’entendre dire tous les matins et tous les soirs de tous les jours par les présentateurs météo des journaux télévisés, les éditorialistes des stations de radio, les ministres, les présidents et représentants des partis d’opposition — certains n’hésitant pas à rendre le gouvernement responsable de la canicule que nous subissons en ce moment — , les militants d’associations « vertes », me fatiguent. Oui, il fait chaud, très chaud ! Il faut boire, boire, nous est-il rabâché.

J’ai même ouï un ministre qui sur une « radio » donnait des conseils sur la meilleure façon de s’habiller ! Me prendre ainsi pour un enfant non seulement accroît ma fatigue — morale —, mais blesse aussi l’idée que je me fais des devoirs envers moi-même, comme envers ceux de la société, que m’impose cette période climatique, en particulier. De mon sens des responsabilités, pour tout dire. Et comme si cela ne suffisait pas à créer une atmosphère sociale chargée de peurs et anxiogène, pleuvent, si je puis dire, de toutes parts, des reportages et des articles de presse, sur la fonte des glaciers, l’expansion des déserts, la raréfaction des eaux, la disparition d’espèces animales… Phénomènes dont je suis bien conscient, mais qui, exploités de cette façon apocalyptique, finissent par entretenir le doute sur le sérieux du « réchauffement de la planète terre » tout en suscitant des formes de paranoïa collective. Avec la circonstance aggravante d’évacuer de la discussion « politique » alimentée par les médias tous les autres aspects de la vie publique — sociaux, éducatifs, industriels, internationaux etc. Bref ! cette tendance à l’infantilisation des individus en jouant sur les peurs et le désir de protection me semble très préoccupante. Traiter et résoudre les problèmes posés par l’incontestable réchauffement climatique, notamment, nécessite au contraire de les considérer en tant que personne libre, autonome et responsable. C’est le rôle de l’État d’y veiller…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Polo

    |

    Les dangers de la canicule ou les bienfaits des dettes….!

    Reply

  • Avatar

    Eric AKAFFOU

    |

    En te lisant, j’ai pensé à ce passage de L’Education sentimentale: “il se sentait tout écœuré par la bassesse des figures, la niaiserie des propos, la satisfaction imbécile transpirant sur
    les fronts en sueur ! Cependant, la conscience de mieux valoir que ces hommes atténuait la fatigue de les regarder.”

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Quel roman ! Il fut un temps où je récitais par cœur les premières pages, celles où le jeune Frédéric Moreau embarque sur le « Ville de Montereau »..,😉

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :