Contre-Regards

par Michel SANTO

L’ex-député et maire PS de Carcassonne, Jean Claude Pérez, à l’assaut de ses ex-camarades !

C’est un ami carcassonnais qui m’a incité à lire l’entretien accordé par Jean Claude Pérez à Laurent Rouquette, publié dans l’Indépendant, mercredi dernier. Il valait le détour, c’est vrai. On s’en souvient, peut-être, le Jean-Claude en question fut maire socialiste de Carcassonne (2009-2014), avant que les électeurs ne l’envoient sur les bancs de l’opposition ; député (1997-2017), jusqu’à ce que les militants de son parti lui préfèrent quelqu’un d’autre – envoyé au tapis lors des dernières élections ; et candidat malheureux à un siège de conseiller régional, qui, par ses mêmes « amis », lui fut refusé. Une fin de carrière politique, pour un si jeune homme, pas très glorieuse, qui explique, depuis, ses nombreuse prises de position politiques teintées d’un macronisme prudent où brille surtout son profond ressentiment envers ses anciens camarades de parti. Bref, je le croyais vivre une paisible et bucolique retraite, d’autant que l’Indépendant ne manquait jamais de l’accompagner lors de ses « sorties » festives ou campagnardes pour nous en rapporter régulièrement quelques images, disons pagnolesques – vins, amis, bonne chère… (pétanque ou belotte, peut-être !). Eh bien, non ! la politique lui colle toujours aux fesses, comme la réthorique tartuffienne à ses lèvres, qui nous valent cette annonce à nulle autre pareille : « Je ne suis pas candidat parce qu’il n’est pas logique qu’en 2020, Pérez y revienne. L’opinion publique souhaite les changements de personnel politique. Mais je n’abandonne pas la politique pour autant. Et pourquoi pas sous forme d’une candidature. » (Fou rire !) Tout le reste de l’entretien, n’ayant aucune espèce d’importance. Ah si, tout de même, ceci, qui conclut cette extravagante communication médiatique : « Mais je l’affirme, je reste socialiste, même si je n’ai plus la carte du PS. » Qui pourrait en douter après voir lu cette prose, en effet, sinon ses seuls anciens « camarades »…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Violeta Martinez Auriol

    |

    merci pour ces informations – et prises de position à la fois alertes et argumentées – sur la vie locale et régionale . Une narbonnaise parisienne .

    Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

      Il serait quand même temps que  le discours public et politique sur la transition écologique, la protection de l'environnement, la lutte contre le réchauffement climatique aband[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :