Contre-Regards

par Michel SANTO

L’indépendant était avec la Région en direct de las Vegas !

 

Photo : Occitanie Tribune

 

Samedi 13 janvier, page 19 de l’Indépendant : “Interview de la Vice-Présidente de la Région Occitanie, chargée de l’économie”, madame Nadia Pellefigue (article complet en cliquant sur ici).

Où ? à Las Vegas “dans l’effervescence de l’Eureka Park, l’immense hall qui abrite, entre autres, les 320 membres de la French Tech, au rez-de-chaussée du fastueux Venetian”, précise l’envoyée spéciale de “l’Indép”. Voilà pour l’ambiance ! La raison de cette présence massive (une délégation de 61 membres dont 26 startups) de la Région Occitanie : “Ici, sur l’Eureka Park, les entreprises ont moins de trois ans, on est dans la cible. Nous, force publique, devons structurer et aider financièrement à l’amorçage puis au développement en s’adaptant aux startups car elles sont un risque pour les banques. On les dérisque (admirez l’innovation sémantique !)”

Bref, sans nous, Région Occitanie, point de startups ! Stupide, évidemment. Et l’on se dit : “Ce journal a donc financé le déplacement et les frais de résidence* d’une envoyée spéciale à La Vegas pour nous rapporter cela ?”  Que cela !

Ah oui ! une  info décisive tout de même : Perpignan espère être labellisé “French Tech”. Mais, par contre, rien sur le coût (réel et pas nomimal, bien entendu) de cette action, ainsi que sur son évaluation en fonction des résultats attendus (comme pour celles des trois années précédentes).

Bref, je ne sais pas si les strartups invitées par madame Pellefigue gagneront des parts de marché et des points de valeur-ajoutée à Las Vegas (le saurons-nous jamais ?), mais le certain est que celle (de valeur-ajoutée) de l’investissement de l’Indépendant est, jusqu’ici en tout cas (y aura-t-il d’autres papiers ?), nulle.

Une conversation téléphonique eût largement suffit !

*Je ne l’ai pas vérifié. Il fut un temps où les Régions les prenaient en charge… Plusieurs autres journaux régionaux ont couvert cette manifestation…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    Moreno

    |

    le sauront-nous jamais

    “le saurons-nous jamais ” eût été plus approprié, mais la liberté d’artiste autorise votre licence :)

    Cela dit, l’innovation et l’informatique sont des paris où la Région s’engage pour aider les jeunes pousses à passer le cap du business angel ou des premiers fonds. Si vous pensez que l’on peut anticiper et mesurer un taux de réussite ou de transformation, je crains que vous ne méconnaissiez la réalité de ce marché. Même les melleures offres et produits peuvent, pour de multiples raisons exploser en plein vol. Et parfois des produits médiocres au départ s’avèrent de belles réussites. Je pense que vous faites un mauvais procès à la Région. Prendre des risques, ouvrir et accompagner sur des marchés émergents, c’est une bonne nouvelle à mettre au crédit de la Région.
    Quant à l’indépendant, il y a eu probablement une prise de contact plus facile avec les entreprises, toutes étant au même endroit
    (qu’en un lieu, qu’en un jour, qu’un seul fait accompli
    tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli)
    et les billets ne sont pas si chers.
    C’est moins dramatique que les 6 milliards de lgv (non décidés) que je compare d’ailleurs à la tonitruante annonce des 5 milliards sur 5 ans investis pour sauver les centre-villes par le gouvernement et dont nous faisait part notre député.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Je ne fais pas le procès de la Région dans ce billet Olivier ! Je note seulement la faiblesse de cet article en rapport avec son objet, si je puis dire. Et son rapport coût-qualité ! Pour avoir participé à nombre de délégations de ce genre, toujours suivies d’une cohorte importante de journalistes (à l’époque pris en charge par la Région, d’ailleurs), je peux témoigner que l’attente des organisateurs étaient d’en pouvoir lire toujours de semblables… Mais bon ! Quant aux risques pris par la Région, là Olivier vous exagérez un peu non ? NB Merci pour la coquille ou plutôt la faute d’inattention (impardonnable !)

      Reply

  • Avatar

    Aimé COUQUET

    |

    Bonjour,

    Cela me rappelle les délégations (rendez-vous économiques !) sous le règne régional de Jacques Blanc : Japon, Miami, New-York…

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Exactement ! Nous en savons quelque chose n’est ce pas ?

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le 19 août 2019, Narbonne commémorait et fêtait le 75e anniversaire de sa libération…

Le 19 août 2019, Narbonne commémorait et fêtait le 75e anniversaire de sa libération…

    Avant-hier, en début de soirée, place de l’Hôtel de Ville,  sous un ciel bas, nuageux et sombre qu’agitait un vent du Nord agressif et frisquet, une foule cosmopolite et vac[Lire la suite]
Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :