Contre-Regards

par Michel SANTO

Matisse, pour les yeux, et pour le coeur.

affiche-homepage-copie-1.jpeg

 

 

Revenant de Nice et de Vence, ce texte écrit par mon ami blogueur Pierre-Henry Thoreux s’imposait!

                                                                          ***

Deux choses définissent à mes yeux l’art de Henri Matisse (1869-1954): la couleur et les formes.

En peinture, c’est bien là l’essentiel. C’est même, pourrait-on dire, la quintessence de l’expression picturale.

De là sans doute ce pouvoir étrange d’attraction qu’ont ces paysages, ces portraits et ces natures mortes, en apparence si simples et pourtant si difficiles à imiter ou à égaler. En dépit de leur désarmant dépouillement, on a le sentiment qu’on n’avait rien vu de tel avant, et qu’après, il n’y a plus rien à ajouter…

D’emblée l’artiste manifesta une audace et une force sauvages. Révélées en premier lieu dans l’effervescence du courant fauviste, elles évoluèrent au gré de puissantes compositions dans lesquelles le jaillissement des couleurs semble écraser les canons classiques du dessin, abolissant notamment la profondeur de champ et la gravité.

Pour aboutir aux silhouettes monochromes, aux épures délicatement contrastées, produites durant les dernières années de sa vie, l’artiste parcourut un long chemin. Mais le fait est que Matisse qui vécut 85 ans, fut un créateur inspiré jusqu’au bout. Et d’une étonnante fraîcheur. D’une vitalité inépuisable.

matisse2.jpeg

Il suffit pour s’en convaincre, de s’arrêter devant une de ses dernières œuvres : La Tristesse Du Roi. Quelle merveilleuse simplicité ! Quelle grâce, quelle élégance et paradoxalement, quelle magnifique joie dans l’affliction !

Dans ce qui est qualifié d’autoportrait, l’artiste, réduit à l’état de symbole, n’est plus qu’une ombre obscure, une sorte de trou noir central d’où s’échappent des mains blanches et une guitare. Autour, vibrionnent des taches de couleurs avec légèreté et apparente insouciance. Une silhouette probablement féminine semble saluer celui qui s’engloutit dans la nuit. Tandis que de l’autre côté, une forme galbée paraît danser avec des bras s’élevant vers les cieux comme des oiseaux. Le tout baigne dans une ambiance peuplée d’étoiles et de fleurs.

 

tristesse.jpeg

 

A ce doux adieu à la vie, à cette entrée sereine dans l’au delà, les vitraux de la Chapelle du Rosaire de Vence donnent un écho mystique. Les arabesques bleues découpent la lumière en douces flaques, qui créent une atmosphère mêlant une intense modernité à un ineffable mysticisme.

 

 

imgres-1-copie-2.jpeg

 

Le vrai mystère est qu’avec un art aussi humble, aussi simple, Matisse parle autant aux yeux qu’au cœur. Dans chaque tableau il y a quelque chose qui vous interpelle. Un mur se confond avec le ciel, dans leur bocal, des poissons rouges semblent jouir d’une étrange liberté, dans un arrière plan, un jardin sans perspective se dissout en délicieuses volutes végétales, et dans de merveilleux décors, fusionnent doucement les lumières, les odalisques et les moucharabiehs de l’Orient, avec les impulsions lumineuses de l’Occident moderne, inspirées par les trépidations du jazz et même les bariolages publicitaires…

A l’inventivité d’un Picasso, à l’intense symbolique d’un Braque, Matisse ajoute une incandescence spirituelle qui vibre même dans les plus schématiques découpages.

Comme pour mieux extraire la quintessence de ses sujets, il revenait souvent sur des thèmes déjà travaillés, pour les traiter différemment, pour en apurer les contours ou bien en styliser toujours plus les formes.

Le Musée Beaubourg ( texte rédigé le 16 mars 2012 ) lui consacre une intéressante exposition, explorant la manière récurrente qu’avait l’artiste d’exprimer ses points de vues picturaux. Intitulée Paires et Séries, elle rapproche de manière saisissante des tableaux réalisés parfois à plusieurs années d’écart, mais centrés sur des motifs communs. Une entreprise fascinante qui tente de percer le mystère de la genèse artistique. Et un envoûtement garanti autour de ce thème et variations…

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • raynal

    raynal

    |

    J’ai, moi aussi, eu l’occasion, voilà quelques années de decouvrir la chapelle de Matisse.

    J’ai encore au coeur comme aux yeux (pour reprendre votre si joli titre ) l’émotion et la joie de cette decouverte.

    Vous etes entrés dans Matisse comme on entre en religion, semble t’il, et vos mots pour parler de cet immense artiste sont d’une grande justesse et d’une non moins grande beauté

    Merci de ce joli cadeau que vous nous faites là.

    Bien cordialement..

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

      Prenons date ! Didier Mouly l'assure dans "l'Indépendant" : la salle multimodale sera pleine 10 mois sur 12 : 300 jours par an. Remplie de quoi ? il n'en sait rien, mai[Lire la suite]
Un salon des seniors,  ricane la camarde…

Un salon des seniors, ricane la camarde…

        À l'exception de ceux de coiffure, ma petite ville n'est pas une ville de salons. Preuve en est son Parc des Expositions toujours vide – il ne fait le plein que p[Lire la suite]
Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

      J'apprends que les "croque-morts" publics ont tenu leur messe annuelle au Théâtre Scène Nationale. Ne pouvait-on pas trouver équipement plus adapté à cette honorable corpor[Lire la suite]
Les socialistes, pas tous, chantent "J'aime Narbonne !", alors qu'ils ne s'aiment pas entre eux…

Les socialistes, pas tous, chantent "J'aime Narbonne !", alors qu'ils ne s'aiment pas entre eux…

          Ces socialistes sont décidément impayables. Dimanche, par la voix d’Éric Andrieu, député européen et ancien premier secrétaire de la fédération de l[Lire la suite]
Le Théâtre+Cinéma de Narbonne vendu "à la casse" ?!

Le Théâtre+Cinéma de Narbonne vendu "à la casse" ?!

Sur le coup, j'ai cru que le Théâtre était à la "casse". Manquait le prix, cependant. À le chercher imprudemment au volant de mon véhicule, j'eus droit à un concert de Klaxons où s'exprimaient toutes[Lire la suite]
Zola, analyste de notre société de l'information de masse…

Zola, analyste de notre société de l'information de masse…

    La presse est friande d’informations bruyantes, tapageuses, voire « scandaleuses ». Est-ce nouveau ? Non ! (Émile Zola, dans le Figaro du 24.11.1888 – son supplément littéraire –[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :