Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville.

« Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rendu compte dans cet article, mais d’une petite marée politique. Fraîchement ferrés, deux anciens de Nouveau Narbonne : madame Garbay et monsieur Rouanet, étaient ainsi présentés sur l’étal médiatique local. Si la première, figurera dans les 47 proposés à la clientèle électorale, au mois de mars ; le second, lui, on ne sait plus où le trouver. Au frigo, ou remis à l’eau ? Mystère ! Un avis de recherche a été lancé…

J’ai reçu un message – sur mon portable ! – du plombier de monsieur Daraud. Il me confirme que la tête de liste du RN est bien victime d’un dégât des eaux à son domicile carcassonnais et que, conséquemment, son pipi public au pied d’un arbre – que j’avais précédemment chroniqué – n’était commandé que par une prostate déficiente et un besoin physiologique urgent. Une urination de force majeure, en quelque sorte, que n’aurait pas saisie, façon de parler, son agresseur présumé. Dont acte !

Madame Viviane Thivent, la tête de liste des Robins et des Robines (Verts), a fait, pour la Saint-Valentin, une longue déclaration d’amour aux électeurs narbonnais. C’était frais, sobre et sincère : du vert, des bus gratuits ; des vélos et du bio ! Et cette promesse, modeste et de bon sens : « Quand on nous demande quel sera notre grand projet urbanistique pour Narbonne, nous répondons, il n’y en aura pas ».

Samedi matin, sur Radio Barques. Impossible « d’en placer une » dans la deuxième partie de l’émission. Bertrand Malquier était l’invité. Ma question très courte aurait été celle-ci : êtes vous toujours candidat à la présidence du Grand Narbonne ? Oui , non, peut-être ? Quelle case, cochez-vous ? Mon intuition, finalement, est que son désir de l’être (Président) n’est pas totalement éteint. Certes il ne veut pas créer ou élargir une zone de conflits avec Didier Mouly, mais sait-on jamais ! Dans le feu de l’élection, et dans des circonstances forcément imprévisibles, qui peut parier, si le rapport des forces lui est favorable, sur ce que sera sa décision : oui ou non !

C’est sous une déferlante d’applaudissements et des tombereaux de louanges que Jacques Bascou a mis fin à sa longue carrière politique. Sourires, embrassades, larmes (retenues : faut pas exagérer tout de même !), une grande, profonde et unanime émotion collective a secoué le dernier conseil communautaire. Et comme lors de funérailles, après la messe et les remerciements, les masques de la bienséance sociale sont vite tombés et les petites affaires et les petites manoeuvres ont tout aussi vite, en coulisses, repris leur cours– naturel. Qui donc et avec qui le prochain Président sera ?

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    Vivien

    |

    Ce qui est certain c est qu à un mois des municipales aucun des candidats en lices n à sorti de programme complet et détaillé. Que de l esbrouffe politique.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

  • Les Halles de Narbonne : « Plus beau marché de France ! »
                Je.6.2022 Les Halles sont à Narbonne ce que l’andouille est à Vire et la bêtise à Cambrai : sa carte d’identité hexagonale. Et l’été, nous […]
    Aucun commentaire
  • Parfois un cyprès pousse en toi…
      Me.29.6.2022   9h30, devant la petite porte de l’ancienne entrée du cimetière de l’Ouest, cet admirable cyprès qui toujours plus haut par delà tout oubli s’élance et s’étire jusqu’au […]
    Aucun commentaire
  • Un dimanche pas comme les autres…
    Di.26.6.2022 Quand je suis entré dans sa chambre, je l’ai trouvée assise sur son fauteuil lisant un de ces ouvrages à la reliure cartonnée d’une collection destinée aux enfants : « Le petit lion […]
    2 commentaires
  • Les Français au divan !…
          Ve.24.6.2022 Dans mon département, l’Aude, ses habitants se sont réveillés un lundi matin avec trois députés RN. Et depuis, comme partout ailleurs dans ce pays, sonne un même […]
    2 commentaires
  • Le jour du solstice d’été fut sans lumière…
        Entre le grau des Ayguades et la plage des Chalets, la mer grondait, l’air était poisseux et les nuages bas, noirs, bouchaient l’horizon et couvraient la Clape. Tout était gris. L’écume […]
    2 commentaires
%d blogueurs aiment cette page :