Contre-Regards

par Michel SANTO

Ne plus vouloir porter la forme entière de l’humaine condition…

       

Si j’en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses qu’un Guillaume Musso et m’instruirait sur la création littéraire, quand le ramassage quotidien de canettes de bière ou de coca devant ma porte m’informe lui, sans aucun doute, sur les sentiments éprouvés par les employés du service propreté de la Ville à l’égard de leurs concitoyens –  le con donnant sa vérité à ce vocable sans substance ; mêmement,  le face à face violent avec un “jeune d’un quartier défavorisé” au cerveau de primate faisant du rodéo en scooter sous mes fenêtres, vécu hier soir, a injecté dans mes veines le désir tout aussi violent de lui “péter la gueule” – selon ses mots ; de sorte que l’idée de porter en moi son “génome” culturel ou celui d’un de ces touristes en short croisés place de l’Hôtel de Ville, une “banane” autour de sa branlante  bedaine, et des chaussettes sous ses sandales, bouscule ma conscience morale – et politique. Que dire enfin de celui qui, de son joli bateau – il vogue sur l’océan avec sa petite famille – se demande sur les réseaux sociaux, comment je peux dormir sans penser à tous les migrants morts en Méditerranée, victimes de mafias africaines –  mon sommeil n’étant troublé que par les hurlements de bandes alcoolisées. Et comment ne serais-je pas tenté, dans ces conditions, de m’extraire de cette forme entière de l’humaine condition : je te le demande, lecteur !

   

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (6)

  • Avatar

    Ollivier

    |

    Bonjour
    Comme il n’existe pas de “chevalier blanc”, comme le criminel ne se réduit pas à son son crime, je m’interdis de réduire chaque personne au geste, à sa silhouette ou à l’instant où je la vois.
    Ou bien ai-je mal lu votre texte ?
    Serge OLLIVIER

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bonsoir Serge ! Disons plutôt que de cet échantillon de l’humaine condition je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour ne pas devoir le porter…

      Reply

  • Avatar

    BACHELOT

    |

    Bien d’accord avec vous, cher voisin et ami.
    À mon retour à la fin septembre, j’aimerai m’entretenir avec vous de cette décadence de notre société.
    Amitiés
    Bernard Bachelot

    Reply

  • Avatar

    Corcia

    |

    La culture reste le privilège de ceux qui ont eu la chance de pouvoir (ou de vouloir) en bénéficier.
    C’est elle qui nous éloigne du comportement des primates dont vous parlez .
    Toutes les sociétés ont eu leur fange , comme elles ont eu leur pauvres .
    Ce n’est pas la décadence de notre société qui crée ces « sauvages « .
    C’est l’inégalité propre à toutes les espèces ;
    Chez les animaux, c’est la loi du plus fort
    Chez l’homme , c’est l’intelligence ,quand elle se met au service du savoir .

    Reply

  • Avatar

    R-C

    |

    Ce débat est d’une stupidité extrême, pour portez vos jugements il vous faudrait avoir tout vécu et avoir tout vu. Qui de vous a été enfant soldat en Afrique et en est revenu. Je laisse aux imbéciles de votre acabit tout le loisir d’y réfléchir. Et puis cette vanité que de dire que l’espèce humaine doit être soumise aux lois du “le plus apte survit” est vous croire par nature supérieur aux autres. En outre cet notion du plus apte qui survit n’est qu’une vison de l’esprit et une tentative d’expliquer le réel et n’est en aucun cas le voir , ni même de le comprendre.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Dites moi ! Avez vous lu mon billet ? J’ai la nette impression pourtant qu’il concerne quelqu’un d’autre tant votre commentaire est à côté de mon texte et de mes intentions. Puis je donc vous demander de bien vouloir préciser à qui vous répondez svp . Par avance, merci !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

"Barques en scène" à Narbonne : croquis, douze stations…

"Barques en scène" à Narbonne : croquis, douze stations…

Barques en Scène : croquis de la journée d'hier. Station 1 : le matin à 10h 30, place de l'Hôtel de Ville — encore vide ou presque : quelques touristes seulement — , café à la terrasse du Petit Moka. [Lire la suite]
Le 19 août 2019, Narbonne commémorait et fêtait le 75e anniversaire de sa libération…

Le 19 août 2019, Narbonne commémorait et fêtait le 75e anniversaire de sa libération…

    Avant-hier, en début de soirée, place de l’Hôtel de Ville,  sous un ciel bas, nuageux et sombre qu’agitait un vent du Nord agressif et frisquet, une foule cosmopolite et vac[Lire la suite]
Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :