Contre-Regards

par Michel SANTO

Petite contribution à l’édification morale des électeurs montpelliérains

photo_philippe_saurel_interview_video_web_tv_sie

Philippe Saurel, le dissident socialiste, l’a donc emporté à Montpellier. Un ami narbonnais, amateur d’art contemporain comme lui, qui le connaît très bien, me disait de ce dentiste, mis en piste par Georges Frêche, qu’il n’avait qu’une seule idée en tête depuis son entrée en politique : être un jour maire de Montpellier.

Par tous les moyens ? Comme son mentor, qui, un jour de 1985 – je venais d’arriver à la Région – me sortit cette phrase stupéfiante à la terrasse d’un bistrot, près de la préfecture ? : « J’ai pris Montpellier , comme on prend une p… et s’il avait fallu être RPR pour ce faire, je l’aurais été… » . Aujourd’hui, certains qui, après avoir crié à la trahison saurélienne se préparent à retourner leur conscience afin de préserver leurs mandats, s’étonnent de ces pratiques si peu morales. Ainsi, le seul fait de citer Jaurès le soir de sa victoire, vaudrait à Saurel les félicitations de ceux et celles qui hier le traitaient de « salaud ». Je ne suis pas sur que la petite histoire que je vais vous raconter ait à voir avec les évènements actuels, mais elle me semble tout à fait caractéristique des moeurs politiques montpelliérains. C’était donc en 1998, aux régionales. Au soir du 15 mars 1998, aucune majorité absolue ne s’était dégagée des urnes en Languedoc-Roussillon. Pour 67 membres du Conseil Régional, on en comptait 31 à gauche (20 PS, 8 PC, 1 MDC et 2 PRG), 22 à droite (10 UDF, 11 RPR et 1 Divers Droite), 13 au Front National, 1 CPNT. Il fallait donc un accord massif du FN, et une absence presque totale de défection à droite à l’égard de cette stratégie d’alliance pour que Jacques Blanc conserve, à droite, la présidence du Conseil Régional. Georges Frêche avait bien tenté de mobiliser toutes les troupes régionales, et notamment les milieux intellectuels montpelliérains, afin de faire plier Jacques Blanc, mais si le coup était jouable, très rapidement il finit par comprendre que Blanc ne céderait jamais et qu’il fallait passer à autre chose. Aussi, et parce qu’il avait les clefs de la survie de son adversaire par le vote de son groupe sur un budget gros d’un important volet contractuel avec l’Etat, c’est en toute discrétion – j’en sais quelque chose -, qu’avec des calculettes à la main , nous fîmes, entre « technos » quelques allers-retours entre l’Hôtel de Ville et l’ Hôtel de Région. Une fois les contreparties financières du futur budget Régional et du Contrat de plan décidées au bénéfice de Montpellier, et le « marché » validé et conclu entre Blanc et Frêche , ne restait plus qu’à le « vendre » au groupe socialiste du Conseil Régional. C’est Max Lévita – je le revois encore dans l’ascenseur, pâle… –  qui fit le boulot ce jour là … Inutile de préciser, on l’aura compris, que, chaque année, le budget de la Région présidée par Jacques Blanc a été voté pendant tout son mandat grâce à la bienveillante abstention du groupe socialiste … Sur la place publique, la lutte contre « le fascisme »  cependant continuait !…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • argos

    |

    Mais c’est ce genre "d’activité" pas forcement illégal mais pas très moral …. voire pas du tout, qu’une majorité de citoyen ne supporte plus !
    L’ère est au temps de plus d’honnêtetés et de moralités exiger pour les "élites" ,une politique , un politique repose sur une confiance , un contrat moral qui va au delà des promesses et des programmes , ce devrait être un devoir en démocratie, a moins que l’on veuille la jeter avec les eaux sales!

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    On est bien d’accord ! Et c’est pour cette raison, dans ce contexte , que je me suis décidé à faire ce petit papier, sur le " dessous des cartes " …

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :