Contre-Regards

par Michel SANTO

Petite contribution à l’édification morale des électeurs montpelliérains

photo_philippe_saurel_interview_video_web_tv_sie

Philippe Saurel, le dissident socialiste, l’a donc emporté à Montpellier. Un ami narbonnais, amateur d’art contemporain comme lui, qui le connaît très bien, me disait de ce dentiste, mis en piste par Georges Frêche, qu’il n’avait qu’une seule idée en tête depuis son entrée en politique : être un jour maire de Montpellier.

Par tous les moyens ? Comme son mentor, qui, un jour de 1985 – je venais d’arriver à la Région – me sortit cette phrase stupéfiante à la terrasse d’un bistrot, près de la préfecture ? : « J’ai pris Montpellier , comme on prend une p… et s’il avait fallu être RPR pour ce faire, je l’aurais été… » . Aujourd’hui, certains qui, après avoir crié à la trahison saurélienne se préparent à retourner leur conscience afin de préserver leurs mandats, s’étonnent de ces pratiques si peu morales. Ainsi, le seul fait de citer Jaurès le soir de sa victoire, vaudrait à Saurel les félicitations de ceux et celles qui hier le traitaient de « salaud ». Je ne suis pas sur que la petite histoire que je vais vous raconter ait à voir avec les évènements actuels, mais elle me semble tout à fait caractéristique des moeurs politiques montpelliérains. C’était donc en 1998, aux régionales. Au soir du 15 mars 1998, aucune majorité absolue ne s’était dégagée des urnes en Languedoc-Roussillon. Pour 67 membres du Conseil Régional, on en comptait 31 à gauche (20 PS, 8 PC, 1 MDC et 2 PRG), 22 à droite (10 UDF, 11 RPR et 1 Divers Droite), 13 au Front National, 1 CPNT. Il fallait donc un accord massif du FN, et une absence presque totale de défection à droite à l’égard de cette stratégie d’alliance pour que Jacques Blanc conserve, à droite, la présidence du Conseil Régional. Georges Frêche avait bien tenté de mobiliser toutes les troupes régionales, et notamment les milieux intellectuels montpelliérains, afin de faire plier Jacques Blanc, mais si le coup était jouable, très rapidement il finit par comprendre que Blanc ne céderait jamais et qu’il fallait passer à autre chose. Aussi, et parce qu’il avait les clefs de la survie de son adversaire par le vote de son groupe sur un budget gros d’un important volet contractuel avec l’Etat, c’est en toute discrétion – j’en sais quelque chose -, qu’avec des calculettes à la main , nous fîmes, entre « technos » quelques allers-retours entre l’Hôtel de Ville et l’ Hôtel de Région. Une fois les contreparties financières du futur budget Régional et du Contrat de plan décidées au bénéfice de Montpellier, et le « marché » validé et conclu entre Blanc et Frêche , ne restait plus qu’à le « vendre » au groupe socialiste du Conseil Régional. C’est Max Lévita – je le revois encore dans l’ascenseur, pâle… –  qui fit le boulot ce jour là … Inutile de préciser, on l’aura compris, que, chaque année, le budget de la Région présidée par Jacques Blanc a été voté pendant tout son mandat grâce à la bienveillante abstention du groupe socialiste … Sur la place publique, la lutte contre « le fascisme »  cependant continuait !…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • argos

    |

    Mais c’est ce genre "d’activité" pas forcement illégal mais pas très moral …. voire pas du tout, qu’une majorité de citoyen ne supporte plus !
    L’ère est au temps de plus d’honnêtetés et de moralités exiger pour les "élites" ,une politique , un politique repose sur une confiance , un contrat moral qui va au delà des promesses et des programmes , ce devrait être un devoir en démocratie, a moins que l’on veuille la jeter avec les eaux sales!

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    On est bien d’accord ! Et c’est pour cette raison, dans ce contexte , que je me suis décidé à faire ce petit papier, sur le " dessous des cartes " …

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

  Narbonne, vendredi 23h 30   Depuis ce matin, Alain Perea se fait tirer comme un lapin sur les réseaux sociaux. À ses trousses, des milliers de "fusils" venus des quatre coins du[Lire la suite]
Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

        Vu d'Aude, encore traumatisée par les catastrophiques évènements subis au début de cette semaine – une Aude, en certains de ses endroits, dévastée, où des famille[Lire la suite]
Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

      Narbonne, le 16 octobre à 13 heures Depuis hier soir, ne me quitte plus ce sentiment du dérisoire et de l'insignifiance  de la "vie" politique telle que la rapportent [Lire la suite]
La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

        Fin de l'enfumage médiatico-politique sur l'édification d'une prison dans le Narbonnais d'abord, puis le Lézignanais ensuite. L'État vient de s'engager en eff[Lire la suite]
François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande poursuit sa "tournée des popotes" dans les supermarchés et les grands magasins culturels. Parfois des librairies. Il y vend et signe ses "mémoires" quinquennales : "les leçons du po[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :